Ils veulent faire la guerre en respectant l’Etat de droit…

FranceexploseNous découvrons tous les jours les sommets de l’horreur islamiste, la bêtise de nos politiques, l’ignorance de nos juges et l’horreur de l’islam dans toute sa plénitude.

Je souffre pour ce curé égorgé ! J’ai peur à posteriori  pour les personnes présentes.  Je suis atterré d’avance par les explications sentencieuses que nous allons entendre sur nos radios, sur nos télévisions. Jusqu’à plus soif, jusqu’à garde, jusqu’au bout de l’ignominie de certains qui trouveront encore des excuses et autres « cépalislam »

Durant deux jours, nous allons voir un défilé permanent de ces sommités, toutes plus expertes les unes que les autres, qui viendront de plateaux de télés en rédactions des radios, nous dire qu’il ne faut pas s’alarmer, ne pas s’inquiéter, que nous avons à faire très clairement et très scientifiquement, à des déséquilibrés, à des hommes en souffrance, à des pauvres gueux victimes de la mondialisation, victimes des guerres, et même victimes de bombardements faits par les différentes coordinations militaires.  Et même, si en partie, il y a un peu de vrai, il n’en reste pas moins que ces hommes  ne font pas la guerre à des soldats. C’est une guerre des lâches. Celle qui fût mené dans les années cinquante à Alger, celle qui faisait exploser des bombes dans les restaurants et massacrait des enfants, amputés des innocents. Cette guerre d’Alger, nous l’avons gagné !

Nous sommes en guerre bêle notre gouvernement de pleutres. Nous sommes en guerre, mais nous sommes dans un état de droit répondent les bisounours médiatiques. Nous sommes en guerre, mais avec qui, disent les députés, les sénateurs et singulièrement les 153 députés ayant refusés un amendement qui devait permettre la fermeture des mosquées salafistes. L’un deux, trop lâche pour expliquer pourquoi il n’a pas voté, affirme chez Bourdin and co de RMC, que la loi autorise déjà ces fermetures et qu’il n’avait pas à être utilisé à des fins électoralistes. Dont acte, on sait que le gouvernement peut le faire ! Mais, Monsieur Patrick Mennucci, même si la loi le permet, pourquoi avoir ergoté ? Pourquoi ne pas avoir, tout en votant, signalé haut et fort ce fait, cette utilisation de votre vote? Et que va dire votre autre collègue socialiste Élisabeth Guigou qui elle aussi refusa cette fermeture, et au nom de quoi ?

Nous sommes au début d’une horreur que Riposte-Laïque avait prédit. Nous vivons ce que beaucoup de lanceurs d’alertes en France et en Europe avaient annoncé.

  • Parmi les « migrants »,  il y a une armée de terroristes.
  • Parmi les musulmans de France, il y a des adeptes d’un djihadisme meurtrier.
  • Parmi cette jeunesse qui s’exprime dans la rue contre les policiers, il y a des hommes qui ont franchi la ligne rouge sous le regard absent de la police et de la justice.

Le pire étant ces jeunes qui, fichés S, sont perdus de vue par les responsables de leur suivi. Hors radars de la police, hors champs des politiques, évaporés des mis sous surveillance judiciaire !  On mesure les niveaux de ricanements de ces pauvres jeunes potentiellement « déséquilibrés » de facto par le poulailler journalistique !

Qu’avons-nous à leur opposer? Un baiser sur une main musulmane Place de la République ? Des bougies qui font désormais la fortune des fabricants ! Des tombereaux de fleurs déversées sur les trottoirs aux pieds des immeubles, et demain devant les Églises ?

Qu’avons-nous pour nous défendre? L’impuissance des policiers, la béatitude des juges, l’inconséquence des politiques?

Qu’avons-nous hormis les flots de discours appelant au calme devant le déluge annoncé ? Nous sommes devenus les « pieds noirs » d’Alger, les moutons devant des loups enragés alors que nous aimerions avoir un De Gaulle qui appela à la résistance, un Churchill qui devant Londres bombardée, appelait au courageet rendait coups pour coups ! Le même qui, devant la couardise d’un Chamberlain et d’un Daladier, affirma qu’ils avaient voulu éviter la guerre par le déshonneur, et qu’ils auront donc à la fois le déshonneur et la guerre. Mais pour nos dirigeants de la socia-lie, qui ne savent même plus ce qu’est l’honneur, qu’est-ce que cela peut –il bien
dire. Rien assurément. Il n’ y a pas non plus de Danton qui appelle à l’audace, et encore de l’audace ! Difficile le ventre plein, après un délicieux repas accompagnés de vins délicats.

Il faudra sans nul doute, que la solution passe par la décision du peuple puisque que les politiques se cachent derrière des arguties écœurantes de platitudes. Il faudra sans doute, si ces gens-là n’agissent pas, que les militaires, les policiers, les autorités chargées de la protection civile agissent. Car, si par le plus grand des désespoirs, ils ne devaient pas le faire, nous irions assurément vers des émeutes, des agressions aveugles, des réponses à ces agressions auront lieu fatalement, et tout cela débouchera vers une guerre civile.

En tant que simple citoyen, j’appelle tous les hommes de pouvoir, ayant force de droit et d’action dans tous les Palais, y compris Présidentiel, dans tous les Ministères, toutes les casernes, tous les commissariats à se regarder nus, devant une glace et vérifier qu’elles sont encore bien accrochées car, s’ils ne se sentent pas le courage pour agir, trop lâches pour bouger et donner des ordres, je crains bien qu’elles ne resteront pas longtemps pendues entre leurs jambes, puisque devenues inutiles.  D’ailleurs, les djihadistes se feront un plaisir de les arracher avec les dents.

J’appelle toutes les femmes, dans tous les Palais, les Ministères, les casernes, les commissariats à poser la question à tous ces hommes de pouvoir, de droits et d’action, à tous ces hommes qui leur faisaient du charme, ceux qu’elles enviaient, ceux dont elles craignaient l’autorité, de leur demander calmement et fermement, ce qu’ils comptent faire pour sauver la France en danger, pour sauver leurs mères, leurs familles, leurs filles, leurs femmes !

Si tous, nous posons aux hommes de pouvoir cette question de savoir ce que vous comptez faire, alors nous avons une chance de gagner cette bataille de l’indicible horreur. Cela passera par des multiples batailles d’Alger avec tous ce que cela comporte ! Il faut aujourd’hui, dépasser le stade du discours « droits-de-l’hommiste » et sauver l’essentiel, qui est la France et nos libertés ! Par la force s’il le faut.

Gérard Brazon (Liberté d’Expression)

 

7 Commentaires

  1. c’est déjà commencé la curée propagandiste de « c’est pas ça l’islam » ; ils interviewaient une femme enfoulardee qui l’a dit ; pas faire d’amalgame, c’est un religieux catho qui l’a dit ; c’est comme s’il tuait une seconde fois l’abbé Hamel ; sans compter les journaleux qui tournent autour du pot pour éviter de prononcer certains mots et certaines phrases mal pensantes ; COLÈRE à cause de ces mous du bulbe et la cerise sur le gâteau : Hollande et son « état de droit » à respecter ; cet ectoplasme est en dessous de tout ! il vont continuer à laisser les français se faire assassiner au nom de l’état de droit ! quelle berezina ce type ! il cède avant d’avoir lutter !

  2. Ils veulent faire la guerre en respectant l’Etat de droit. Ils ont oublié que la seule Loi en temps de guerre est celle de la guerre.
    Un guerrier veut tuer l’autre. L’autre doit tuer l’agresseur pour ne pas être tué !
    Et comme le dit notre hymne national, AUX ARMES CITOYENS ……..

  3. L’Etat de droit commet des erreurs monumentales en laissant des fichés S en liberté , surtout des gens qui voulaient aller en Syrie.

  4. Lorsque Danton, cette crapule entre les crapules, appela fin août 1792 à avoir « de l’audace, encore de l’audace et bla bla… » c’était pour lancer les assassins vers les prisons qui regorgeaient de prêtres et de malheureux innocents, donnant le mot d’ordre des massacres de septembre ! Je vous en prie , cessez d’encenser ces hommes qui ressemblent comme des frères aux djihadistes ! Cela dit, monsieur Brazon, pour le reste, je vous approuve, comme toujours ! Nous sommes en guerre et devons nous préparer ! Quand je fais mes courses, dans mon quartier de Paris rempli de musulmans, je me demande si l’un d’entre eux ne va pas me sauter dessus au cri dallahmachintruc…! Aux armes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*