Toujours cette satané liberté d’expression que la bien pensance veut décapiter

Geoffroy de Lagasnerie est un sociologue et philosophe comme la gauche a pu en produire des immenses quantités de ces personnes décalées du monde réel et le plus souvent incapables de faire autre chose que de pourrir le social, la vie des Français et à tous les niveaux.

C’est sur France Inter, la radio des bobos et des gauchistes, financée par la redevance payée par les contribuables que le « philosophe » et « sociologue » d’extrême-gauche se lâche.

Il appelle à censurer les journalistes ou politiques qui ne pensent pas comme lui. Tout simplement.

Ah ! que la vie serait plus belle sans ces emmerdeurs de droite qui viennent nous contredire ! Cette radio de France est digne de Radio Paris d’hier que Radio Londres appelait Radio allemande ou digne de Radio Moscou sous Staline… Aujourd’hui, c’est “Radio Inter ment, c’est radio musulmans”.

Cette radio est financée par nous, et ce Geoffroy de Lagasnerie est payé pour donner à des étudiants un enseignement de fascistes rouges. “Je suis contre le débat. Il faut rétablir la censure pour que les idées justes prennent le pouvoir sur les idées injustes”.

C’est bien sur France Inter que nous pouvons entendre ce genre de discours. Pour mémoire, rappelons que cet homme soutient Adama Traoré et son combat racialiste, anti-policiers et anti-Blancs.

Qui est Geoffroy Daniel de Lagasnerie ? Il est le troisième enfant  de Jean-François Daniel de Lagasnerie appartenant à l’ancienne noblesse (surtout bourgeoisie) du Limousin, et d’Agnès de Goÿs de Mézeyrac, issue d’une ancienne famille de la noblesse du Vivarais. En clair, un homme de la haute bourgeoisie, voire de la noblesse réelle ou non, comme Giscard dit “d’Estaing”, par le rachat d’une “particule libre”. Le sujet n’a pas connu les HLM de Fontenay- aux-Roses, là où il est né. L’effrayant est de savoir que ce gauchiste fait des “travaux qui portent sur la philosophie politique, la théorie critique, la sociologie du droit et la sociologie des intellectuels”. On imagine sans peine le bourrage de crâne que ce type fait chez nos étudiants qui, un jour, viendront polluer les sphères du pouvoir.

Il considère que depuis 40 ans il est sous le joug de la pensée de droite et qu’il a souffert de cette pensée. (Pauvre p’tit chou) Il faut donc éliminer cette pensée de droite, souverainiste de tous les médias. Faire table rase (du passé) et couper les têtes pensantes de cette droite qu’il juge d’extrême droite.

Il y a du Robespierre, du Saint-Just chez cet homme. Point de liberté pour les ennemis de la liberté disait ce dernier.

Point d’Éric Zemmour du Figaro, de Michel Onfray du Front Populaire, de Marc Menant, d’Alain Finkielkraut, d’Élisabeth Lévy, (Causeur) de Gilles Williams Golnadel, de Renaud Camus, et donc de CNews, de Sud Radio, de Christine Kelly et de Pascal Praud. Tous à la guillotine place de la Révolution. Envoyez les charrettes !

Guillotine Place de Grève à Paris en 1793

L’homme n’a jamais connu la misère comme la plupart des révolutionnaires de la Convention et de la Commune de Paris. Cela interpelle sur ces hommes d’en haut qui veulent détruire leur environnement d’hier ! Il rappelle ces bourgeois comme Laurent Joffrin, fils du millionnaire Mouchard, grand ami de Jean-Marie Le Pen. Ils pullulent au plus haut niveau de notre administration.

L’homme va jusqu’à soutenir dans Libération, en 2017, l’arrière- petit-fils Bernanos, Antonin Bernanos  jugé avec ses complices pour avoir incendié une voiture de police avec ses occupants.

Cet homme, à mon sens, est dangereux. Il fait partie de ces gauchistes qui, en fonction des événements politiques, n’hésiteraient pas à fusiller leurs adversaires, ou à les faire pendre comme l’a fait Lénine en son temps, avec les koulaks.

 

Toujours sur France Inter, radio d’État financée par les contribuables, largement orientée à gauche comme dans leur grande majorité beaucoup de ces médias publics français, Sonia Devillers s’indigne : les voix de droite se font entendreLe CSA doit les faire taire.

Sonia Devillers, une Khmer rouge à France Inter

Elle affirme sans sourciller qu’il y a une « droitisation des plateaux de chaînes d’info en continu ». J’imagine qu’elle n’inclut pas BFM TV et RMC qui sont loin d’être de droite. Cette journaliste a demandé au président du CSA de comptabiliser le temps de parole des personnalités de droite. Elle lui dit très clairement « qu’autour de ces plateaux, ce ne sont ni des militants, ni des soutiens, ni des patrons de partis. Ce sont des éditorialistes, des Michel Onfray, des Zineb El Rhazoui, des Jean-Claude Dassier, des Gabrielle Cluzel… Et ces gens-là ne sont pas encartés, pourtant leur parole est éminemment polémique et politique ». Elle a ajouté, bizarrement, une chroniqueuse racialiste comme Rokhaya Diallo.

Plus grave, Sonia Devillers dresse des listes de mal-pensants comme du temps de Marat.

Polémique et politique ! Ils ne sont pas encartés ! Dans quel monde vit cette femme ? Elle est le pur produit des facultés totalement faisandées par la gauche, au même titre que les écoles de journalisme. Alors, ces gens-là ne supportent plus la moindre opinion divergente. La seule vérité est la leur. Les autres doivent crever et leurs diffuseurs en même temps.

Je remarque au passage sur ces deux personnages si peu démocrates, très enclins à vouloir détruire la liberté d’expression, qu’ils ont des liens avec l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le premier en tant que titulaire d’une habilitation à diriger des recherches soutenue à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la seconde en tant qu’étudiante dans cette université pour des études de philosophie.

Les chiens ne font pas des chats. “Qui s’assemble se ressemble” dit le proverbe. Ce sont des citations populaires tirées du bon sens populaire, le vrai, pas celui des “cités populaires remplis d’immigrés” vantées par les gauchistes. Citations tirées de l’expérience de nos anciens issus du terroir, pas par des bobos aculturés et hors-sol.

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*