République française : les six présidents de l’Apocalypse !

Dans cet article, sans prétention, je me fais le traducteur d’une observation de surface, d’un relevé d’écume de tout ce que j’ai ressenti durant ces dernières années. Toutes ces promesses qui, comme le disait Charles Pasqua, ne tiennent que pour ceux qui les écoutent.  Je ne suis pas un scientifique, pas même un historien diplômé. Juste un ancien permanent syndical, élu autrefois comme Conseiller national et Conseiller municipal. Des rôles de pion de service pour un parti politique ou un maire.

Cet article n’est que le résultat d’une réflexion de Français de base, un propos d’électeur souvent bafoué, celui d’un citoyen qui, au regard de son vécu personnel, se souvient des promesses, des résultats, et s’autorise à dire ce qu’il en pense. J’ajoute qu’il y a forcément de l’affectif, des sentiments troubles et contraires et des affirmations sincères. Les présidents cités ont été pendant 46 ans nos dirigeants de pleins pouvoirs. Ils ont été et sont peut-être des personnes sympathiques dans leur vie privée, mais cela ne les a pas empêchés d’avoir le plus souvent trahi les Français une fois à l’Elysée.

Les six petits Présidents .

Depuis le départ, et avec panache, en 1969 du général Charles de Gaulle, on ne peut pas dire que nous avons eu des présidents de haut niveau et dignes de l’être. En cela, Charles de Gaulle avait eu raison, ce ne fut pas le vide après lui, mais le trop plein. Hélas un trop plein d’hommes sans commune mesure avec la tâche immense à laquelle ils devaient faire face.

Le premier d’entre entres eux fut Georges Pompidou, ancien Premier ministre du général, passé par la banque Rothschild. Un homme encensé par tous du fait de son humanisme et de sa simplicité, dit-on. Mais est-ce que ses qualités sont rétrospectivement suffisantes pour faire oublier son bilan? Comment ne pas se souvenir qu’il fût celui qui engagea la France dans une spirale infernale et porta à l’œuvre du général les premiers coups de pioche !

  • 1/ Une volonté d’inclure la perfide Albion dans la communauté européenne des Six en 1973 avec ses conséquences comme la présence de la City, de la finance et des banques. Certes, l’ancien banquier fit un référendum. L’Angleterre ne tarda pas à mettre des bâtons dans les roues d’une communauté dont la France était, de fait, le pivot central. Les Anglais ont toujours eu ce génie d’interdire à la France une présence forte en Europe. L’Anglais est l’ennemi ancestral. A l’époque, le français était la langue de base dans cette communauté de six membres. C’était une France qui allait plus loin que ses frontières, c’était quasiment celles de l’Empire sans la guerre et sur la base d’accords bilatéraux (Allemagne, Luxembourg, Hollande, Belgique, Italie). L’Allemagne n’avait pas le poids qu’elle a aujourd’hui. Depuis, Bismarck a surclassé Napoléon.
  • 2/ C’est sous sa présidence en 1973 que fût interdit par la loi, le recours à la Banque de France pour les emprunts.( Selon les critiques de cette pratique, la classe politique s’est soumise aux marchés financiers qui sont les créanciers de l’État) Une loi scélérate qui nous vaut, aujourd’hui, une dette de plus de 2000 milliards d’euros et des intérêts qui grèvent notre budget national.
  • 3/ Par sa volonté, Paris faillit être défigurée par des projets autoroutiers dont l’un d’eux vit le jour comme celui du quai de Seine (La voie Pompidou) avec son pendant prévu sur l’autre rive qui ne fût pas achevé. Le troisième était tout simplement de faire venir l’autoroute de l’Ouest au cœur du quartier de Montparnasse, détruisant au passage une grande partie du 14e arrondissement et son quartier de Plaisance. Son propos était que Paris devait s’adapter à la voiture.

Triste bilan finalement au vu des conséquences. Début d’une montée du chômage et de la dette.

Le second, Valérie Giscard d’Estaing, ancien ministre des Finances, mit fin à cette folie autoroutière. Il en profita pour créer le musée d’Orsay. C’est sous son autorité que l’avortement fut légalisé. À l’origine, cette loi s’adressait aux femmes en situation de détresse et elle se comprenait. Aujourd’hui, elle a été tellement amendée qu’elle est devenue un moyen de contraception ultime au frais des contribuables. L’avortement, qui était une décision grave et forte, n’est plus qu’un outil d’évacuation des conséquences d’un oubli.

Il institua le droit de vote à 18 ans considérant que les jeunes étaient matures. Il démarra le processus d’intégration de la France dans un espace qu’il voyait comme étant les États-Unis d’Europe. C’est, comme le fait remarquer Philippe de Villiers, sous sa présidence que fût abandonné le roman historique, l’Histoire chronologique dans les écoles de la République. La mémoire et les racines furent mises au rebut. Le pire étant, en compagnie de Jacques Chirac son Premier ministre, la mise en place du « regroupement familial »! Quant à la dette et le chômage, ils ont grimpé encore !

Le troisième, le plus néfaste, fut François Mitterrand. Il commença par diffuser la vaseline en instituant la cinquième semaine de congés, les 39 heures, les augmentations des prestations diverses et variées ! Devant les finances qui s’effondraient, il appliqua le fameux plan de rigueur, découpla les salaires d’avec l’inflation (Jacques Delors ministre des finances), provoqua de fait une catastrophe pour tous les emprunteurs qui se retrouvaient avec une baisse des revenus et des mensualités d’emprunts de plus en plus lourdes, et souvent à taux variables à la hausse. Après la préparation, la dure réalité ne s’est pas fait attendre. Ce fut douloureux.

Il faudrait un livre entier pour énumérer les prises de décisions, comme celles sur l’immigration (Les immigrés sont ici chez eux, etc.), les écoutes téléphoniques illégales, son cancer bien caché, sa polygamie et sa fille illégitime éduquée aux frais du contribuable, les enfumages, les tartuferies, les mensonges de ce personnage qui fascine encore nos « élites » de gauche malgré un passé louche sous Vichy, son amitié avec René Bousquet qui avait établi la liste des juifs pour la rafle du Vel-d’Hiv. Son action forte si ce n’est violente en tant que ministre de l’Intérieur sous l’Algérie Française, et pour la petite histoire, un affabulateur qui a monté le coup du faux attentat de l’Observatoire contre lui-même, histoire de ne pas se faire oublier et de faire la une des journaux. Sa reconversion en tant que socialiste en 1971. Chapeau bas, l’enfumeur !

14 ans de descente aux enfers. La France diminuée, de plus en plus endettée et mise dans les griffes des européistes de Bruxelles avec l’abandon de la souveraineté, la décision de la monnaie unique, et autres trahisons de la France souveraine par le Traité de Maastricht. Si ce n’est pas lui qui fabriqua les ficelles, c’est lui qui les utilisa pour attacher la France.

Le quatrième est Jacques Chirac. Ex 1er ministre de Giscard (74-76) et de Mitterrand (86-88). Celui qui avait trahi les gaullistes de la première heure pour faire alliance avec l’européiste Giscard. Un radical-socialiste de la pire espèce dont Marie France Garaud dira plus tard  » J’ai cru qu’il était de l’acier dont on faisait les meilleurs canons. Il n’était que de la faïence dont on fait les bidets ! Il est le chouchou des Français, dit-on, ce qui confirme ce que pensait Mitterrand : les Français n’ont aucune mémoire ! Que dire de ce triste président hormis qui n’a servi à rien pendant 12 ans à part, comme Mitterrand, de saper la Constitution de la 5e République. Il aura toujours vécu aux crochets des contribuables. À décharge, on se souviendra qu’il a refusé d’envoyer des soldats en Irak, ce qui est un bon point. Il fut aussi le premier président de droite à se faire élire en 2002  grâce aux socialistes, avec un score de dictateur africain (82% des voix).  L’homme aime la bière, se fout de l’Histoire. Quant au chômage et la dette, il fut à la hauteur de ses prédécesseurs. Lui s’en fout, il bénéficie d’une retraite de 35000€ environ.

Le cinquième est Nicolas Sarkozy, ministre du Budget et de l’Intérieur du précédent. Le président Canada Dry. En 2007, il ressemblait à un candidat patriote, avait l’aspect d’un patriote, mais il ne fut qu’un lamentable bide grotesque quand il devint président.

Il devait actionner le Karcher dans les cités, mais ne trouva que le balai. Pire, il supprima la reconduite aux frontières des étrangers condamnés, et en fin de peine, ce que la gauche appelait la « double peine » ! Ce que Mitterrand n’avait pas fait, lui l’a fait ! (Socia-Lie)

Le pire de toute son action fut de se moquer du référendum de 2005 sur la Constitution européenne en faisant voter par le Congrès en 2008, sous l’appellation de traité de Lisbonne, ce que le peuple avait refusé en 2005. Il en profita pour escamoter en douce l’obligation de référendum français pour l’accueil d’un nouveau pays dans l’Union européenne. Il transposa dans le traité de Lisbonne la loi félonne de Pompidou-Giscard de 1973. Certes elle y était déjà dans le Traité de Maastricht, mais elle fut confirmée de nouveau.

C’est ce ministre, puis président très proche du Qatar qui mit en place le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) où est présente une représentation des Frères musulmans (UOIF) sans obliger cette association à abandonner dans ses statuts des pans antirépublicains comme l’égalité des sexes, le droit de changer de religion (apostasie), le retrait des textes appelant au meurtre des chrétiens, des juifs, des mécréants et des apostats etc. L’homme s’est pris pour Napoléon 1er , un signe d’une faiblesse ou d’une folie?

L’homme n’a aucune morale, aucune parole. Il n’y a rien de pire qu’un président de la République qui trahit son peuple. On sait aussi que ses amis ne sont pas à l’abri. Il sait, tout comme Mitterrand, et les autres politiciens, que les Français n’ont pas de mémoire. Pourtant, espérons que cela restera comme une tache indélébile que rien ne pourra effacer !

Grâce à lui, la perte en emplois dans la police, la gendarmerie et l’armée fut gigantesque. Les forces de l’ordre remises en variable d’ajustements budgétaires. Affligeant. Ce que j’ai apprécié ? Les heures supplémentaires non fiscalisées. Quant au chômage, la dette, les impôts et taxes, c’est l’explosion.

Le sixième est François Hollande, un autre politicien. Il fut élu par défaut, les électeurs ayant compris la fourberie du dernier tartufe. Depuis, nous vivons de catastrophe en catastrophe. Il est insipide, imbuvable, inécoutable. Si encore il était drôle, comme certains le disent, on pourrait au moins se marrer un peu. Même pas !

Certains l’appellent « le flanc » ou « flamby »! Il transgresse ses propres règles et ne respecte rien. Même pas avec un casque sur la tête. Depuis son élection, tous les signaux sont au rouge. Pourtant, il continue de se pavaner sur toutes les scènes publiques avec cette satisfaction béate qui ridiculise les Français. La dette, le chômage, les impôts et taxes explosent également. Les riches sont plus riches, il y a plus de précarité, et bien plus de pauvres. Les SDF sont plus maltraités que les immigrés déserteurs de Syrie et autres immigrés. Pitoyable.

Sous ses allures de niais, il semblerait qu’il soit plus retors que la moyenne. Profitant des attentats, il se refait une virginité. Là aussi, c’est un grand mystère de la mentalité française. A l’heure où j’écris, certains commencent à se demander s’il ne pourrait pas se succéder à lui-même. Il est vrai qu’avec le système électoral, les obligations pour pouvoir se présenter, un système fait par eux et pour eux. Une élection ne dépend plus du peuple de France, il la subit et fait avec, souvent en votant d’abord contre, quitte à faire élire l’autre par lassitude. L’abstention a donc un bel avenir…

La France n’a pas fini d’en baver. Elle se dissout peu à peu par la volonté conjuguée des adeptes du mondialisme qui regardent les nations comme étant des concepts dépassés, des dinosaures politiques ! Les citoyens sont des emmerdeurs politiques. Tous ces mondialistes rêvent d’un consommateur individualiste avec un caddy greffé sur le ventre, un compte en banque avec virement automatique pour tous ses achats. Des chômeurs intermittents qui achètent des produits fabriqués par des esclaves.

Le rêve de ces mondialistes, c’est un consommateur ayant perdu ses racines, n’ayant aucune idée de ce qu’il était hier, et encore moins d’où il vient. L’Histoire comme repère, comme balise, comme identité totalement effacée de sa mémoire. Le rêve de la gauche réalisé par et pour les grands groupes de la finance et des multinationales : faire table rase du passé. Un comble.

Qu’importe vous diront certains, les Français n’ont pas de mémoire. Ce que Charles de Gaulle résumait dans un langage imagé, les Français sont des veaux.

Je suis bien obligé de constater, en tant que citoyen lambda, que le changement passera par une prise de conscience des patriotes dans leur ensemble. Qu’il faudra bien que tous, y compris le Front National, du fait du système électoral antidémocratique à deux tours, que tous acceptent de passer des accords a minima entre eux pour l’inévitable second tour. Les bonnes volontés patriotes existent et tous doivent maîtriser leurs ego et ouvrir des espaces de dialogue afin de pouvoir renverser la situation en 2017 ! L’heure n’est plus à se regarder le nombril et prêcher pour sa petite paroisse à 2 ou 4%.

Il est clair, dans le cas contraire, que la socia-lie régnera encore demain et ce jusqu’à la dissolution totale de notre Nation dans un magma infâme. À moins, que la pire des solutions s’impose aux Français et que tout cela se termine par un conflit civil que personne ne souhaite.

Gérard Brazon (Le Blog)

31 Commentaires

  1. Moi je suis pour la 5ème semaine de congés et les 39heures et je ne vois pas là le rapport avec l’immigration massive ! Mais bon on a compris que vous n’aimiez pas Mitterrand !!

    • Oui sauf que vôtre avis n’a aucune utilité politique ou sociétale.
      Le processus mondialiste engagé depuis 50 ans est en court et son but est la destruction de toute liberté et civilisation occidentale chrétienne.

      Lorsque l’économie s’effondrera et que la pénurie s’installera vous verrez que l’immigration massive aura une incidence sur vous et votre famille : Pillages, viols, égorgements, etc…

      Le chaos et les exactions seront tels que les forces de l’ordre avec leurs deux chargeurs d’avance se feront massacrer. Et avec eux tout le gratin : élus, hauts fonctionnaires, bobos gauchistes, bourgeois des beaux quartiers et autres villas ; ceux-là même qui nous imposent toute cette racaille haineuse et parasite vont se faire détruire comme bétail à l’abattoir…

      • Mon avis n’a pas plus d’utilité que le vôtre. ! Je considère les trois derniers présidents bien + néfastes que Mitterrand, point barre

        • C’est vrai Alix, mon avis n’a aucune utilité.

          Je ne commente d’ailleurs presque plus pour cette évidente raison. L’aboulie générale me conduira sans doute à m’abstenir définitivement pour de bon….
          Je suis d’accord avec votre dernier constat, mais même ça, ça ne sert à rien…

          Au reste, s’il m’est possible d’ajouter au passage un truc primordial, il me semble que tous ceux qui ne sont pas en mesure de défendre la vie de leurs enfants et leurs maisons sont déjà morts….

          Dans mon club de tir les demandes d’inscriptions ont explosée mais les structures ne permettent pas d’accueillir autant de monde. Il est déjà trop tard pour ceux qui ne sauront pas se faire parrainer…

          C’est toujours comme ça, les gens repoussent l’essentiel aux calendes grecques puis s’émeuvent de leur sort si les choses tournent au cauchemar… Par procrastination ou lâcheté je ne sais…

          Que Dieu vous garde tous ! ( Mais il ne le fera que si vous vous aidez vous-mêrme !)

        • « Point barre », ça ne fait pas une démonstration.
          On a le droit de ne pas « aimer Mitterrand », très bien décrit par G. Brazon, ou bien c’est déjà un tabou ?
          Quant à moi, j’estime que les « trois derniers » n’auraient pas fait ce qu’ils ont fait sans le calamitterrand.
          C’est lui le pire, car il se prétendait socialiste, or il correspondait à ce que disait le Général « je n’aime pas les socialistes, car ils ne sont pas socialistes ».

        • @ Alix,

          Vous oubliez SOS Racisme et l’invention du politiquement correct et de la pensée unique. La décennie 80 a également été celle du retour de l’argent roi, des winners et des loosers, de l’explosion de la pub et de la consumérisation de la société avec L’Europe de la finance.

          Vous ne voyez pas le rapport avec l’immigration, mais c’est pourtant simple : moins les français travaillent, plus il faut de main d’œuvre pour faire le boulot, or lorsqu’on dévalue les diplômes, ce qui avait déjà commencé, pour emmener tout le monde aux études, il n’y plus de de demandeurs d’emploi locaux pour les jobs peu qualifiés et on est obligé de les importer, famille comprise, allocations comprises, dégradation de la sécurité comprise etc …

      • bravo Mathieu tout ces gens qui sont bien gaucho-islamos-musulman j espère qu un jour tous leurs chers amis musulmans leur couperont la tète .je me demande ce que va devenir notre France ;dites moi s il vous plait

        • La France, fille ainée de l’Église, sera la première à tomber et la première à se relever contre toute attente.

          L’Europe redeviendra un havre de paix chrétien de Vladivostok à Brest .

          Le serpent islamiste sera détruit totalement.

          Mais je ne vais pas vous mentir; selon les prophéties seuls 17 millions de français survivront à la guerre civile ( 2016) et à la famine qui accompagnera la troisième guerre mondiale de 2017.

          J’espère que je me trompe sur le nombre de victimes, mais je ne crois pas…

    • Si vous n’avez retenu que cela, c’est bien triste. J’essaierai de faire moins complet pour vous la prochaine fois. Mitterrand était un personnage qui a détruit l’oeuvre du général De Gaulle du fait que celui-ci avait décliné en 1943 sa présence parmi les compagnons de la Libération. C’etait un collabo, un opportuniste. Pour le reste, la France paie encore ses délires.

      • La France paie des délires qui ont surtout commencé en 68, ces délires n’ont pas attendus Mitterrand…
        + complet ou moins complet, faites . Vous savez je lis Zemmour et ses analyses sont complètes.

      • De Gaulle est le premier responsable du chaos qui règne depuis 1962 et qui ne fait que s’envenimer entre algériens et français. Ils s’est débarrassé de l’Algérie en trahissant les pieds noirs et les harkis qu’il a anéanti sans état d’âme. Alors je veux bien entendre parler de De Gaulle en général d’armée mais pas en président de la république. Il a fait que commencé ce que Giscard a continué sur l’immigration…

  2.  » Les présidents cités ont été pendant 46 ans nos dirigeants de pleins pouvoirs  »
    Voilà d’où vient le problème !
    Car, la Véme Constitution a été faite par De Gaulle et pour De Gaulle … qui ne l’a même pas respectée lui même. Après lui, tous les Présidents n’ont cessé de profiter des dispositions dictatoriales prévues par De Gaulle, dont Mitterrand disait qu’elles étaient un  » Coup d’état permanent  » et qui en a bien profité ensuite.
    Il serait temps de changer la constitution et de rendre son pouvoir au Peuple !

  3. Les français ont les présidents qu’ils méritent, faut arrêter de vous faire enfumer par les médias , et, les politiciens umps , il faut regarder ce qui se passe ailleurs :
    L’Islande, relevée de la crise, tourne le dos à l’euro,
    à votre rêveil électeurs umps il vous restera le choix entre la valise ou le cerceuil, faudra bien vous mettre ça dans la tête.

  4. Mais que tout le monde redoute….( ça je l’ajoute pour finir votre phrase) Si en 2017 le bas de gamme qui nous préside est réélu , c’est que tout simplement de veaux les Français sont devenus moutons , n’ont rien à faire de l’avenir de leurs enfants , et ne pense qu’à acheter le dernier Samsung ou Apple pour faire chic , mais qui coute plus de 700€ .Voila l’ambition du peuple Français . Dirigé comme vous le dites si bien par 6 présents tous plus minables les uns que les autres s’aimant eux mêmes et non la France .D’un ego surdimensionné , ils n’ont fait chacun à leur tour qu’à nous plonger vers le chaos total qui n’est pas très loin.

  5. Merci à Gérard Brazon pour cette synthèse qui me paraît correcte.

    Oui, la 5e République élimine le peuple de la direction de notre société, il faut la changer. Mais par quoi?

  6. Vous dites que De Gaulle s’est retiré avec panache en 1969 ?! alors qu’il a abandonné le palais de l’Elysée pour s’enfuir en Irlande; le panache eût été de reconnaître sa défaite et de respecter les convenances en recevant son successeur. Il a eu du mépris envers le peuple qui venait de s’exprimer.
    Quand à Chirac, il a instauré une taxe supplémentaire sur les billets d’avion pour « aider l’Afrique » et, dans le même temps, Bernadette collecte, encore, les pièces jaunes pour les hôpitaux français

  7. Il est clair que seul de GAULLE avait une vision désintéressée pour la grandeur de la France. C’est celui qui refusa notamment sa retraite d’ancien président estimant que sa retraite d’ancien général lui suffisait !….Ses successeurs furent des carriéristes minables. Hollande est les plus « dangereux » pour le pays car il a tous les grands médias, publics et privés, derrière lui et qui le soutiennent ouvertement. La clique des journalistes impose au « bon peuple », chaque jour qui passe, une image très positive de Hollande. Et celui-ci, très retors, occupe du matin au soir l’espace médiatique complaisant à son égard !

    • je ne comprend rien a la politique ,mais je comprend une chose que nous sommes gouvernés par le plus minable des président et si vous français vous n avez pas encore compris son manège pour nous faire disparaître ALORS LA OUI LES FRANÇAIS SONT DES MOUTONS QUI SUIVENT LE LOUP POUR SE FAIRE ÉGORGER ET CROYEZ MOI SE NE SERA PAS LOIN MÊME PAS 5 ANS ET SA SERA LE CHAOS POUR NOUS LES FRANÇAIS ET CROYEZ MOI VOUS ALLEZ PLEURER DANS LES CHAUMIÈRES ET VOUS L AUREZ VOULU

    • De Gaulle n’avait pas de vision de chef d’état, c’était un homme d’armée sans stratégie politique, il croyait gouverner à la baguette, bord de la dictature et il s’est fait avoir à Vichy (et nous avec…). « L’autorité » sous De Gaulle c’était quelque chose, ce n’est pas pour rien si on s’est révolté en 68.

    • c’est vrai que De Gaulle était quand meme un sacré bonhomme, meme s’il n’a pas été net avec avec l’Algérie et les harkis. Il est toutefois sorti de l’Otan quand le le 1er président de la communauté européenne Welter Haallstein, un ancien Waffen SS, fut élu a la tete de l’Europe en 1958. Ce personnage, récupéré par les américains après la guerre, comme des centaines de scientifiques et autres intellectuels via le Projet Paperclip, avait pour mission sous Hitler la construction économique de l’Europe!!!??? quoi qu’il en soit, je pense que De Gaule reste le seul président patriote qu’on ai jamais eu. Les autres présidents n’ont fait que continuer ce que les nazis avaient deja entrepris depuis longtemps

  8. Mettre tous ces présidents au même niveau, me paraît un pari osé.
    Je vous trouve bien sévère avec Pompidou: l’adhésion du royaume uni est au contraire une excellent idée et cela a freiné la naissance d’une europe politique qui aurait été néfaste.
    Giscard a été un président épouvantable, il a tout raté et a été le 1er à céder aux sirène soixante-huitardes.
    Je ne pense pas par ailleurs que le bilan de Mitterrand soit si catastrophique: on n’a pas eu droit à la repentance sous ses mandats ni au bombardement de la Serbie. Ecueils dans lequel Chirac est tombé. Mais Chirac a su éviter de nus envoyer dans le bourbier irakien.
    Les deux derniers sont les plus médiocres: médiocrité active pour Sarkozy, médiocrité passive pour Hollande. Il n’y a rien à sauver de leurs mandats.

  9. Monsieur BRAZON,
    Je suis tout à fait d’accord avec votre énumération des présidents depuis le fin de la guerre 39/45.sauf votre oubli de DE GAULLE qui n’a pas été meilleur que les autres loin s’en faut,
    Je ne reviendrais pas sur votre expertise sur chaque président, qui d’ailleurs est assez précise, mais votre oubli me gêne un peu aux encoignures.
    En effet votre de gaulle n’est pas dans tous les cœurs, en 1940 quand il foutu le camp en Angleterre, soi disant pour continuer le combat de l’extérieur, il n’ a fait que fuir comme un lâche, d’autres on continué le combat de l’intérieur en entrant en résistance. Certains ont été éliminés parce qu’ils prenaient trop d’importance pour la suite des événements.
    Rappelez -vous la guerre d’Algérie, ses grande phrases DE DUNKERQUE à TAMANRASSET ou encore JE VOUS AI COMPRIS, et tant d’autre du même tabac.
    Alors pour moi, il n’y a pas eu de président digne de ce nom depuis fin 1945 tous à mettre dans le même panier.

  10. Georges Orwell disait ; » Un peuple qui élit des traitres, des usurpateurs, des renégats n’est pas victime, il est complice »

  11. De Gaulle était quand meme un sacré bonhomme meme s’il n’a pas été net avec l’Algérie et les harkis. Il est toutefois sorti de l’Otan quand le 1er président de la communauté européenne Welter Hallstein fut élu en 1958. Cet ancien nazi , récupérer par les américains après la guerre (comme des centaines d’autres scientifiques et autres intellectuels) via le Projet Paperclip, avait pour mission sous Hitler la construction économique de l’Europe!!!?? Quoi qu’il en soit, je pense que De Gaulle reste le seul président patriote qu’on ait jamais eu. les autres présidents n’ont fait que continuer ce que les nazis avaient entrepris depuis très longtemps

  12. Monsieur Gérard Brazon vous avez oublié une petite chose du règne de Pompidou, le centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, autrement dit Beaubourg, cette horrible verrue à deux pas de Notre Dame, en plein coeur de Paris. Diplômée en art et en histoire de l’art je vis avec mon temps, j’apprécie, j’aime l’art contemporain en peinture, en architecture, en littérature, en musique etc…Je suis donc pour ce centre culturel que j’ai visité plusieurs fois, mais pas en plein coeur du Marais ce centre historique de Paris qui avait certes besoin d’être restauré mais pas détruit. Ainsi va la France un pays au patrimoine exceptionnel, qu’on nous envie, mais que nous ne savons pas très bien garder.

  13. @Aspic votre avis sur un Charles de Gaulle « fuyant par lâcheté » en 1940 est pour le moins fantaisiste et très minoritaire chez les historiens dignes de ce nom. Charles de Gaulle n’avait pas d’autre choix étant condamné à mort par contumace par le gouvernement collabos de Vichy, s’il n’avait pas organisé la résistance à l’heure qu’il est nous serions encore sous la botte nazi… Votre anti-gaullisme primaire me semble peu objectif…

  14. @emma qu’entendez-vous par « il s’est fait avoir a Vichy et nous avec ?? ». Il y a parfois des formules qui me plongent dans un abîme de perplexité… Aurions nous du tous être collabos et Pétainistes ?
    Sjeanlouis : De Gaulle n’a pas fuit en Irlande en 69 ! Il avait dit que si les Français votaient non au référendum il se retirerait car LUI gouvernait avec le Peuple, ce qu’il a fait avec effectivement honneur et panache tout le monde ne peut pas en dire autant. Et le voyage en Irlande était un voyage d’agrément avec son épouse et non « une fuite » .. Il faut se renseigner

  15. Article en tous points remarquable, il est donc d’autant plus dommage qu’une « HENAURME » coquille vienne tout gâcher dans le paragraphe consacré au deuxième président, (mal)orthographié « Valérie Giscard d’Estaing »
    La bonne orthographe c’est « Valéry », « Y » à la fin et non « IE » l’auteur, Gérard Brazon, a sans doute confondu les deux orthographes à cause de « valérie trierweiler » qui a beaucoup (trop) fait parler d’elle.
    Je suppose que Gérard Brazon ne verra pas d’inconvénient à ce que vous corrigiez cette petite erreur sur le prénom, cela rendrait service à l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*