Quand je militais à l’UMP, je ne considérais pas le FN comme un parti d’extrême droite

« En quête de crédibilité, le parti va confier l’organisation de plusieurs colloques à la rentrée à l’énarque Florian Philippot » nous affirme le journal l’Express dont on connait la profondeur de la pensée politique et l’amour qu’il a du Front National.

Partout l’idée que le Front National manquait de cadres était affirmée. Son recrutement de nouveaux militants étant important, il semblait évident qu’il lui fallait aussi recruter des femmes et des hommes ayant de la bouteille politique, et de l’expérience en tant que militants mais aussi en tant qu’élus. Une fois cela dit, on peut simplement constater que le FN avance et qu’il comptera comme une force de premier plan dans les mois qui viennent même s’il n’est pas aidé, loin s’en faut, par l’intelligentsia médiatique gangrenée par le gauchisme. Le FN aura de plus en plus d’élus et il comptera de plus en plus dans la vie politique française du fait même des abandons multiples des véritables valeurs républicaines par la droite dite classique c’est à dire gangrenée elle-aussi par le gauchisme. Les français de droite le réalisent et comprennent qu’ils ont été dupés pendant de longues années. Il suffit juste qu’ils le réalisent et se mettent en phase avec eux-mêmes. Mais c’est bien évidemment, le plus dur à faire.

Pour ma part, ancien permanent syndicaliste, bonaparto-gaulliste, militant RPR puis de l’UMP pendant de nombreuses années, je n’ai jamais fait un distinguo entre les valeurs de la droite et les valeurs du FN. Je n’ai d’ailleurs jamais considéré le FN comme étant d’extrême droite. Juste outrancier dans les propos de son Président qui eux souvent me choquaient. Puis vint Marine Le Pen et le temps de l’analyse des fameuses valeurs que chacun se balançaient à la tête. Valeurs de droite contre valeurs de gauche comparées avec les valeurs du FN.

C’est à l’UMP que j’ai pris conscience que les valeurs que je défendais ardemment ne correspondaient plus trop à celles défendues par les dirigeants politiques de ce parti. Beaucoup d’ailleurs,  parmi les militants, partageaient mon avis mais le système des « amitiés politiques » et des amitiés tout court est puissant. Peu parmi la masse obéissante aux mots d’ordres, pouvaient se défaire  des « amitiés politiques », voire s’y soustraire. Pour eux, la « trahison » n’était pas bien loin et tant pis si c’étaient les dirigeants politiques qui trahissaient leurs idéaux.

Un seul exemple : qui, parmi les grands et les petits dirigeants de l’UMP, peut se réclamer du gaullisme alors même qu’ils ont trahi l’esprit du gaullisme en votant au congrès en 2008 le traité de Lisbonne ? Trahissant, de fait, le vote du peuple français en 2005 ! Le Président Charles de Gaulle aurait démissionné !

Sans parler des changements de la Constitution (Mandat présidentiel, représentation parlementaire, pouvoir bicéphale de la cohabitation, abandon de souveraineté, retour à l’OTAN et j’en passe…)  Devant tant d’abandons ou d’entorses, les explications sympathiques de ces « amitiés » ne me suffisaient plus et je n’étais pas le seul.

Conseiller National à l’UMP, j’ai pu constater de visu que cette fonction était vide d’un quelconque pouvoir de décision en interne. Pas même un peu de prestige d’ailleurs. J’étais face à une représentation plus proche du centralisme démocratique du Parti Communiste que d’un réel système démocratique mettant le militant au centre des décisions si ce n’est qu’un peu. Mes prises de positions m’ont valu une cabale des instances de l’UMP de Puteaux et à la suite d’élections pour le moins curieuses (Conseil  de vote appuyé par téléphone aux militants), je fus donc remplacé par un Conseiller plus souple, plus obéissant. C’est finalement l’idée de la « démocratie » à l’UMP qui a eu raison de mon engagement dans ce parti. Gaulliste ne voyant plus De Gaulle dans les actes et les idées (particulièrement sur l’Europe, l’immigration, etc.)  j’ai quitté ce parti qui n’a plus rien de gaulliste. Il reste quelques-uns de ces vieux militants que je connais bien qui s’accrochent à des lambeaux pour ne pas avoir l’impression d’avoir milité et perdu tant d’années pour rien. Je comprends qu’il soit très dur d’admettre que l’on s’est fait flouer… au minimum. Pourtant leur dis-je, vous avez vu un Nicolas Sarkozy expert dans ce domaine de l’enfumage et du flouage. Ses prestations multiples et diverses et ces petites et grandes trahisons envers ses électeurs ont été patentes. Cela n’a pas suffi à ces vieux militants pour prendre conscience que l’esprit de De Gaulle n’est plus et sans doute n’a jamais été à l’UMP.

Je demande, à la hauteur de cet article, à tous mes amis pieds-noirs du Sud de la France et d’ailleurs,  qui ont tant souffert de l’abandon de l’Algérie par De Gaulle et ses diverses et néfastes décisions prises par lui lors de cette guerre d’Algérie, de bien comprendre que le général que j’honore, c’est celui de 1940, celui de 1958 avec sa Constitution et non celui de 1960. L’homme était multiple et complexe et comme on dit chez moi, il y avait à boire et à manger. Pour beaucoup de pieds-noirs, ce fut le plus souvent la cigüe que le vin. De Gaulle leur file des boutons. Le résultat des actions de De Gaulle en Algérie fut cette immense catastrophe qui aboutit aujourd’hui à ce qui lui faisait peur si on avait gardé l’Algérie : l’islamisation de la France. Je ne peux pas m’empêcher de regretter le plan d’Alain Peyreffite avec l’Oran et ce don imbécile du Sahara.

Tout cela pour dire que le Front National trouvera des cadres pour diffuser, apporter et emmener des fidèles militants, les anciens comme les nouveaux, (pour peu que les anciens acceptent les nouveaux) aux futures batailles électorales! Je n’en doute pas un instant. Toutefois, il y aura en marge, cette frange de vieux militants qui continueront à être à l’UMP par « fidélité », comme celle des domestiques d’autrefois avec leurs maîtres et ils voteront quand même pour Marine Le Pen dans la discrétion de l’isoloir. Il serait bien qu’un jour, ils s’affirment comme savent le faire des hommes de vérité et de sincérité. Ils ne risquent uniquement que de grandir.

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)

Source l’Express: http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/le-front-national-a-la-recherche-d-experts_1152433.html