Lettre ouverte à ceux qui pensent que rien ne peut changer…. Il faut s’investir!

Faut-il ou non continuer à s’investir ou tout simplement s’investir dans un parti politique? Je vois trois types de comportement.

1/ Si l’on croit à la vie démocratique, à la nécessité d’être présent dans le débat politique, à la certitude qu’une action, la vôtre peut être déterminante, que vous pouvez peser en interne dans une orientation politique, que vous pouvez changer par votre action, à la base votre société, alors oui, il faut s’investir dans la vie politique!

2/Par contre si vous pensez que vous ne valez pas grand-chose, que votre opinion ne changera rien à l’affaire, qu’ils feront ce qu’ils veulent de toutes les façons, qu’il n’y a pas d’espoir de changement, que vous ne servirez à rien alors, vous êtes très utiles à des partis qui justement ne veulent pas que les choses changent ou uniquement dans le sens qu’ils le souhaitent.

3/Si vous pensez que cela ne sert à rien, que c’est une perte de temps, qu’il vaut mieux regarder un match de foot, boire une bière, que tout est joué à l’avance, que rien ne changera, que voter ne sert à rien, alors oui, ne cherchez même pas à investir quoique ce soit. Surtout pas…

Pour ma part, toute ma vie j’ai voulu et cherché à changer le monde qui m’entourait (Vie politique). La société dans laquelle je travaillais (vie syndicale), la résidence dans laquelle je vivais et je vis encore, la vie de quartier (vie associative),  l’éducation de mes enfants, les parents d’élèves. Je me suis aussi souvent planté, commis des erreurs, trompé de route, rectifié le tir après coup. Cela fait partie de l’apprentissage de la vie citoyenne. C’est pourquoi j’ai bien plus de respect pour un militant de gauche que pour un militant de rien. Bien plus de respect pour le cégétiste de base avec lequel je me confrontais parfois violemment qu’avec le multicarte, ou le faux-cul de base, lécheur de pompes, brosseur de vestes de la hiérarchie.

Je crois qu’une femme, un homme qui n’est pas animé par le désir de bien faire en tant que citoyen dans son environnement, dans sa société, en tant que collègue et ami et une femme, un homme à qui il manque une dimension. Certes, on peut vivre sans cela. Mais laissez-moi vous dire que l’on vit mieux avec.

A notre époque, dans notre société consumériste, ou le rouge à lèvre pour certaines a autant, sinon plus d’importance que les massacres de chrétiens en Irak ou ailleurs, ou un match de foot est qualifié d’Historique au même titre que le débarquement des américains sur les plages de Normandie, ou le relativisme règne en maître partout, il est bon de se retrouver avec d’autres et de reprendre ses marques et réaliser que la vie n’est pas relative, les meurtres non plus, les massacres encore moins, en fonctions des époques et des situations.

Mais pour cela, il faut faire l’effort simple mais pour beaucoup, semble-t-il, insurmontable de sortir son esprit du cadre télévisuel, des idées toutes faîtes, de la culture prémâchée, du qu’en dira-t-on et de retrouver la vraie vie. Avec des amis, des collègues, des syndicalistes, des militants politiques. On peut finalement la faire évoluer cette vie et que dans tous les cas, c’est de ne rien faire qui assure que votre vie ne changera jamais, ni celle de vos enfants!

La plupart des Français ont horreur du changement. Napoléon III disait à ses Sénateurs: « n’ayez pas peur du peuple, il bien plus conservateur que vous« ! Cette horreur du changement et la volonté paradoxale de vouloir révolutionner la société fait partie de l’âme française. Il se trouve que la vie mondiale va plus vite désormais que l’horloge culturelle française. Il est temps de s’investir dans des partis politiques pour éviter, pour ma part du moins, l’effondrement de notre pays en tant que nation, sa culture judéo-chrétienne deux fois millénaire, son Histoire de grande nation européenne que les européistes veulent réduire à la hauteur d’une province sous domination bruxelloise avec la Turquie dominatrice.

Tout ce débat, ce discours pour vous dire que rien n’est perdu, que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. J’ai envie de dire à ceux de la troisième catégorie, ceux qui pensent que tout est réglé à l’avance, qui préfèrent une bonne bière, que c’est vous in fine, qui avaient décidé par votre abstention, par votre refus de voter, par votre insouciance, votre inconscience, de mettre les socialistes dans une situation où tout est permis pour eux. Ayant tous les pouvoirs: départementaux, régionaux, législatifs, exécutifs, ils ne se priveront pas de les mettre en action et changer la société! Celle-là même que vous pensiez impossible à changer. Grâce à vous, vous aurez l’islam, les mosquées, l’immigration, le laxisme judiciaire, la police désarmée, l’insécurité de facto, une éducation nationale inefficace, des cités armées jusqu’aux dents, une polygamie autorisée, le mariage homosexuel et l’homoparentalité en suivant. Bref, une autre société ou vous ne serez pas plus riche mais encore moins libre qu’avant avec les lois qui viendront ficeler la liberté d’expression.

Vous aurez une nation encore un peu plus diminuée chaque jour et vous aurez droit à un repeuplement d’origine arabo-africano-musulman avec ce qui va avec de culture.

Vous qui ne pensiez pas que les choses peuvent changer, prenez conscience que c’est parce que vous ne faîtes rien que justement les socialistes et leurs affidés feront bouger les choses y compris dans votre vie privé, professionnelle et familiale! Les choses auront bougé sans que vous n’ayez rien fait pour empêcher les socialistes de le faire! C’est le message de fond que je donne ici. Vous pouvez en faire ce vous vous voulez et continuer à roupiller ou vous mettre à réfléchir.

Il est consternant au vu des résultats que ce soit le parti de l’abstentionnisme et celui de l’anti-sarkozysme qui ont fait gagner des partis de la gauche minoritaire en France. Par deux fois: aux présidentielles, aux législatives.

La France est de droite. Les Français aiment leur pays mais ces dernières élections furent une véritable tromperie, en partie due au système électoral pour les législatives. La gauche n’est pas majoritaire en France et pourtant, elle va nous emmener dans un type de société qui n’est pas celui que les Français souhaitent du fait que bon nombre d’entre eux n’ont pas pris part aux votes.

Alors oui, il faut s’investir dans les partis de droite, de la vraie droite, pas celle qui s’est montré complice ou qui se mélange avec des centristes qui mangent à tous les râteliers. Il y a aujourd’hui une volonté de reconstruire une droite fière d’elle et pour moi elle ne peut être exclusive. Cette nouvelle droite à naître, doit-être ouverte à tous les courants d’idées y compris celui du Front National qui est, quoiqu’on en dise aujourd’hui, le seul parti qui répond présent  aux demandes des patriotes avec, je le reconnais bien volontiers, les identitaires.

Ce parti politique, au-delà des déclarations de son fondateur qui en agacent plus d’un au FN, ne mérite pas l’ostracisme. Le seul parti qui s’est montré à la fois traître à la nation et meurtrier de soldats français à travers sa collaboration avec les nazis jusqu’en juin 1941, ses sabotages dans les usines d’armements pendant la guerre d’Indochine, ses passeurs de billets pour acheter des armes aux FNL servant à tuer des soldats français, est le parti communiste! Ce parti à qui nul « républicains » comme ils disent ne demandent de compte!

Alors il est temps à deux ans d’élections européennes, municipales, territoriales de reconquérir la France par le bas en commençant par s’investir dans un parti de la droite réelle.

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)