Les Insoumis de Mélenchon, et les gauchistes Verts félicitent Jean Castex. Les commerçants apprécieront

Nous savons tous l’incapacité, la nullité, l’irresponsabilité de ceux qui nous gouvernent. De Macron à son équipe de bras cassés.

Aujourd’hui encore, ce matin, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, nous annonce le couvre-feu sur Paris qui se juxtaposerait sur le confinement. Quelques heures plus tard, Jean Castex l’insignifiant premier des ministricules nous dit que cette annonce est fausse, que rien n’a été décidé et que ce couvre-feu est donc une « fake-new » comme ils disent. Macron a viré la Sibeth N’Diaye pour avoir battu des records de sottises, et nous voilà avec  un Attal qui est en passe de  battre le record.

Si en plus, ce n’était pas suffisant d’avoir l’équipe gouvernementale la plus incohérente, la plus incompétente du monde, il nous faut aussi cumuler avec une opposition la plus bête, la plus idiote comme les Insoumis à la réflexion, à la raison. Après un Jean-Luc Mélenchon qui tire plus vite les conneries que son ombre, voici l’ancienne candidate aux élections européennes, Manon Aubry, qui dégaine une affirmation idiote, pour ensuite se rétracter sans éprouver la nécessité de s’excuser, par une contre-information.

et puis

Ouf, la France est sauvée. Personne n’aura l’occasion de lire tranquillement un livre acheté chez un libraire, pas plus dans un supermarché et encore moins commandé chez Amazon. L’égalité est sauve, on peut donc crever devant les indigents programmes de propagandes de Radio-Télévision-France-Pravda.

Comme si cela ne suffisait pas à rendre les Français complétement dingues, nous avons aussi un digne représentant de gauchistes, Éric Piolle, celui déguisé en vert, adepte de la décroissance, qui se dit ravi du confinement qui permettra sans doute, doit-il penser, de faire du bien à la planète.

Il est pour la fermeture de tous les hyper-super marchés pour éviter qu’ils ne fassent des affaires sur le dos des petits commerçants, en égratignant au passage, Amazon. En clair, comme Manon Aubry, il trouve que si les Français n’arrive plus à trouver un disque, un livre chez les commerçants, il faut donc en interdire l’achat partout ailleurs.

Pour ma part, je préfère l’attitude d’un Louis Alliot, d’un Robert Ménard et d’autres, qui ont fait des arrêtés municipaux pour que des commerces en centres-villes restent ouverts, que celle du Vert Piolle de Grenoble qui souhaite que tout le monde crève. J’ajoute que si Amazon existe, il détruit autant d’emplois qu’il en créait. Pas sûr, bien sûr, que les conditions de travail soient meilleures, mais là, cela ne relève pas de l’État, mais des conventions et du Code du travail.

Ce n’est pas Amazon qui est responsable de sa situation de quasi- monopole dans laquelle il se trouve, mais bien celle des élus qui ont laissé prospérer ce géant de la distribution sans qu’il n’ait à payer de justes impôts comme CDiscount, bien français par ailleurs. Marre de ces inversions de responsabilités.

Cette soi-disant élite, que les électeurs de Grenoble ont renouvelée dans ses fonctions, ne cesse pas de m’étonner par le niveau abyssal d’une idéologie idiote et de son incapacité à comprendre que ce sont les citoyens qui vont payer la note finale.

Cela dit, les électeurs de Grenoble n’avaient qu’à se déplacer pour aller voter. C’est valable pour toutes les pleureuses de Bordeaux, de Marseille, de Rouen et d’ailleurs, qui par leurs abstentions ont laissé des pignoufs les dépouiller.

 

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*