Leïla Slimani, pour le meilleur et le pire…

Leïla Slimani est née le 3 octobre 1981 à Rabat au Maroc. Elle est issue d’une famille musulmane bourgeoise. Son père est un banquier et donc, n’a guère manqué de moyens jusqu’ici. Ce n’est pas la misère qui la fait venir à Paris.

J’ai pour Leïla Slimani une sympathie certaine, n’en déplaise à certains grincheux qui pourraient ne voir en elle qu’une immigrée de plus. Mais je reste quand même prudent !

Elle est journaliste et un écrivain franco-marocain qui a reçu le prix Goncourt 2016 pour son deuxième roman. Une franco-marocaine de plus dans les allées du pouvoir ou pas loin, et avec bien d’autres avant elle, puisqu’elle est en charge en France, de la francophonie. A se demander s’il reste encore dans nos belles provinces, des femmes ayant un minimum d’intelligence, de culture, et de moyens d’expression. Cela est dit sans animosité, mais tout de même, le monde politique et les médias nous font toute un panégyrique de ces femmes franco-marocaines nées au Maroc, comme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education Nationale, Myriam El Khomri, ministre du travail et Souâd Ayada, Présidente du conseil supérieur à l’Education Nationale et  « spécialiste de la spiritualité islamique ».  Elles ont fait c’est vrai, des parcours exceptionnels ! Pourquoi pas au Maroc reste la question ? 

Cela peut tout de même interroger sur cette volonté de privilégier les unes, par rapport aux autres ! Pas comme nos tristes Députés de type Danielle Obono des Insoumis, et autres Laëtitia Avia de LREM mordeuse de chauffeur de taxi !

Il reste que Leïla Slimani est franchement atypique, franche du collier et ne s’embarrasse pas de mots, (du moins jusqu’à ce dernier week-end), qui relèvent de l’enfumage médiatique comme savent le faire tous ces journalistes qui tentent de noyer les lecteurs et auditeurs. Je peux d’ailleurs comprendre ces journalistes qui vivent sur un terrain miné, et défendent férocement leur pitance ! Les sphères de la liberté d’expression sont limitées et cadrées. Sorti des recettes de cuisine, il ne reste plus guère de place à la libre expression politique ! Surtout si vous n’avez aucun talent pour sortir du rang !  

Comment ne pas trouver sympathique cette femme dite libérée qui écrit : Marcher dans la rue. Prendre le métro le soir. Mettre une minijupe, un décolleté et des hauts talons. (…)Voyager seule. Boire seule un verre en terrasse. (…) Draguer un homme, changer d’avis, (…) je réclame le droit de ne pas être importunée. Le droit de ne même pas y penser. Je revendique ma liberté à ce qu’on ne commente pas mon attitude, mes vêtements, ma démarche, la forme de mes fesses, la taille de mes seins. (…) ?  Les mêmes droits que les hommes en somme !

 Ce dernier Week-end, j’ai été désagréablement surpris de l’entendre se ranger aux côtés de la bien pensance anti Trump au sujet des « pays de m… »!  Je constate l’unanimité des discours, et vérifie que personne n’a donné la définition plus politique de shithole countries : un endroit extrêmement sale, ou désagréable. Mais comme c’est Donald Trump ! Alors on peut y aller ! On peut lui tomber dessus et gare à celui qui serait timoré, qui demanderait des éclaircissements, des explications.

Ce fameux Donald Trump, ainsi que Vladimir Poutine, sont devenus des thermomètres du gauchisme ambiant faux-culs, et de la bien pensance. Quoi qu’ils fassent, ils seront toujours détestés. Tout ce qu’ils pourront dire sera déformé. En France, les médias ont la haine qui déborde, et pire, la plupart des journalistes ne font que suivre le sens du vent panurgien.

 
Aucune pondération, aucun équilibre, aucune réflexion. Tous sont en mode critique et aux ordres d’un « monde humaniste idéal » qui bien sûr, n’existe pas. Des Leïla Slimani vivent et sont aussi dans cet univers pavlovien de la basse-cour politique. Le maître lève la main pour jeter les graines, et tous en chœur, ils cancanent et gloussent !
Nous sommes dans un monde où seuls les planqués, les riches entrepreneurs ou patrons d’entreprises multinationales, les artistes, les stars, vous expliquent que demain c’est sûr, on mettra des dentiers aux « sans dent » gratuitement, on offrira des chaises roulantes aux paralysés à Lourdes, la jeunesse éternelle aux vieillards en fin de vie, etc. Il faut donc condamner chaque jour Trump et Poutine, les mettre dans le même sac, les secouer jusqu’à ce que la mort électorale s’ensuive ! 

C’est tout de même bien un summum d’indécence, voire de vulgarité pure, que de faire croire, donner l’illusion d’une société humaine lorsque l’on peut voir sur nos chaînes, des animateurs, des artistes, tous bien bronzés, suite à des vacances d’hiver à Miami, Los Angeles, ou à Saint Barth, faire entre deux escales, une émission de bobos bien larmoyante, bien culpabilisante en échange d’une promotion, envers des Français en galère, afin qu’ils fassent des dons à des associations qui n’ont honte de rien, à des plus pauvres qu’eux, à des plus en difficultés, aux SDF, et pire encore, à réclamer pour des clandestins, surtout des mineurs qui ont 30 ans en moyenne.

Leïla Slimani espère que son fils vivra en homme libre dans un “monde plus juste », elle devrait élargir son ambition de liberté pour son fils à celle d’un peuple, à commencer par celui du Maroc, celui des USA aussi, et également celui de France qui lui rêve finalement, d’avoir une sorte de Donald Trump ou de Vladimir Poutine comme président de la République !

C’est la même femme qui conteste les lois marocaines qui interdisent des libertés civiles, l’apostasie, l’homosexualité, mais autorisent la polygamie. Des lois inspirées de la charia, inscrites dans le code de la famille (Moudawana). C’est la même femme qui finalement s’est mariée au Maroc sous le rite musulman !

Voilà tout le problème de ces binationaux en général. Ils vivent dans deux mondes et civilisations différents. Mais ils s’autorisent à critiquer le plus libéral. Se font les porte-paroles d’adversaires politiques, mais s’interdisent de remettre en cause le système politique de leur pays de cœur, celui de naissance ! Sont-ils même conscients de leur hypocrisie !

 Ils se font les petits singes savants de ces riches sénateurs démocrates américains, ceux de la bien-pensance française, et ceux de l’Union européenne au nom de « l’humaniste planétaire » à géométrie variable. Quand va-t-on enfin cesser de demander l’avis de ces personnes qui n’ont pas la légitimité politique, historique et géopolitique de le faire ?

Gérard Brazon (Libre Expression)

Lire également :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/15/sauve-qui-peut-leila-slimani-mme-francophonie-de-macron-veut-deringardiser-le-francais/

16 Commentaires

  1. cette Slimani est une musule marocaine ! Et rien d’autre !
    Son attitude n’est que takkya. Elle fait de l’entrisme pour sa saleté d’ ouma, et fait partie de la 5ème colonne musul.

  2. existe t’il des Français marocains qui seraient ministres de quoi que ce soit ,au maroc,tunisie,algerie,etc alors pourquoi chez nous ils ont des postes de ministres

  3. Hélas, Trump (et Poutine) sont bien utiles au reste des dirigeants qui pensent exactement la même chose que Trump quant aux « shit hole countries », mais je l’ai déjà écrit, Trump n’est pas diplomate, on peut être/ne pas être d’accord avec lui, le politiquement correct n’est pas son truc, et c’est très bien !

  4. Bien vu et rien à enlever dans la démonstration de la politiquement correcte…. attitude si on veut faire parler de soi et grimper dans les sphères qui comptent.

  5. Il aurait mieux fallut que Leila Silmani écrivit : Boire un verre seule à la terrasse d’un café, que : Boire seule un verre en terrasse. Quelle terrasse ? La littérature de cette jeune femme est ainsi truffée de fautes de français de ce genre là. Le fait d’être édité chez Gallimard n’y fait rien. Et le roman est qui a obtenu le prix Goncourt est un tissu de fautes.

  6. comment être binational? vouloir le beurre et l’argent du beurre, point barre!
    j’ai travaillé au maroc trois ans, quand je me suis aperçu du racisme ambiant, je suis parti. il me semble qu’il y a beaucoup de masochistes qui, sans y avoir été invités, restent dans ce pays de merde qu’est la France!

    • Mais ça n’a rien à voir bordel ! Moi aussi je vais faire ma petite liste de baisables.Donc Macron est baisable, Wauquiez est baisable,Dupont-Aignan est baisable,Lemaire est…Vous parlez comme une raclure de banlieue sur le physique de Leïla qui vient de vous dire qu’elle ne veut pas de commentaires sur ses fesses et ses seins !!.Est-ce qu’on vous demande la taille de … Je n’aime pas les gauchiasses mais je m’intéresse à leurs idées et pas à leur physique.Finalement, vous ne valez pas mieux que tous ces muzz de bas étages.Bon, si vous écrivez ici, c’est que vous n’êtes pas foncièrement mauvais.Mais sachez que les femmes en ont RAS LA TOUFFE des commentaires masculins.Gardez les dans votre tête et votre pantalon ( et pour les petits malins, une mal-baisée, la faute à qui ?)

  7. Moi, j’aime bien Trump et Poutine, n’en déplaise à certains. N’oubliez pas que nos voisins se sont bien marrés lorsque nous avions Hollande. Quant à Macron, ça rigole aussi, même si c’est moins visible. Un guignol chasse l’autre, les Français aiment amuser la galerie..

    • Macron , ce n’ est jamais qu’ un Hollande qui s’ exprime sans se répandre en une foultitude laborieuse de  » euh , euh , euh  » , et qui est capable de se déplacer en public sans qu’ Angela Merkel soit obligée de le tenir par la main .

  8. Vu et écouté cette jolie femme. Sans doute une arme !
    Le « Charme et l’chèque » (Pardon !) Pas pu m’empêcher !
    Du Maroc viennent des maroquins, Ministres à peu de frais…
    Là est le Danger !

  9. Mon mari a essayé de lire son livre qui a été récompensé par le prix Goncourt. Il a dû le laisser le trouvant trop complaisant et vide de toute réflexion intelligente.

Répondre à Parlervrai Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*