La police en colère? Qu’on lui donne de la brioche !

20151014_140335La police est en colère ! Elle manifeste son désarroi, son incompréhension et elle a raison. Le délinquant victime de fait, le clandestin qui devient par la magie du vocabulaire le réfugié, le policier coupable par définition, la société anxiogène et raciste forcément.

Les policiers n’en peuvent plus et cela ne date pas d’hier. Je me souviens dans les années 1990, sous l’ère de Mitterrand  et Chirac, je faisais partie d’une brigade de surveillance assurant le contrôle et la protection des voyageurs et du personnel de mon entreprise. Je ne compte plus le nombre de fois où nous sommes sortis des commissariats après le « sans papier », ou le jeune délinquant. À tel point que nous en étions arrivé à ne plus nous formaliser.

Je me souviens de la réflexion d’un policier lorsque je lui faisais remarquer mon étonnement face à sa bienveillance et surtout sa familiarité avec le délinquant guère traumatisé par sa présence au commissariat, familiarité qui m’agaçait prodigieusement: nous habitons dans leurs immeubles, nos enfants vont à l’école avec eux ! Que croyez-vous que je puisse faire d’autres?  Imparable ! Les policiers, les gendarmes ne vivent pas en vase clos. Ils sont dans la foule et leurs familles vivent avec cette épée de Damoclès ! Les gardiens de l’ordre sont enfermés dans une prison sociétale et sous surveillance de l’entourage. Gare à la femme de policier, gare aux enfants de policiers et de gendarmes, gare aux voitures et appartements. Ils ont les habits de l’ordre, ils parlent en gardien de l’ordre et ne sont en fait que des gardiens de l’ordre nus et sans défense. La corde au cou, le couteau sous la gorge, la peur au ventre, l’inquiétude pour leur famille. C’était déjà ça la face cachée de l’ordre républicain d’hier et c’est encore celui hélas, d’aujourd’hui.

Plus de vingt ans après, rien n’a changé ! Mitterrand, Chirac, Sarkozy et désormais Hollande. Depuis 1981, rien n’a changé, et tout à continué chanteraient les Poppys.

Après 14 ans de Mitterrandie, 12 ans de Chiraquie, 5 ans de Sarkozy (celui qui devait passer le Karchër) et 3 ans d’hollandisme ! En tout, 34 ans d’impuissance, d’abandons, de renoncements, de lâchetés, d’explications oiseuses, de compréhensions douteuses, de justifications scabreuses, de foutages de gueule des citoyens fuyant les cités quand ils le peuvent ou réduit à se convertir pour s’effacer, se diluer, s’évanouir dans l’air ambiant ! 34 ans, Une carrière entière et encore des politiciens qui, comme le sonneur de minuit, affirment et expliquent que tout va bien ! Il est minuit, dormez bien braves gens ! Milan Kundera disait: être dans l’air du temps,c’est être dans la stratégie de la feuille morte. Cela fait 34 ans que cela dure, nous ne serons bientôt plus que de l’humus !

Ce sont des policiers et des gendarmes en rupture de ban et pour cause, puisque ce sont eux désormais qui se retrouvent sur les bancs de la justice, et pire le plus souvent, sur la sellette, ce petit tabouret du moyen-âge ou était cuisiné le coupable d’avance !

Les policiers en colère ? Et comment ne le seraient-il pas ? Eux qui se retrouvent entre le marteau Cazeneuve et l’enclume Taubira. Entre les diktats d’un ministère à la Don Quichotte et la décision laxiste d’un autre. L’un mouline, et l’autre fait du vent. Tant pis si les policiers et les gendarmes s’enrhument, voire pire…

Les policiers en colère n’ont pas la main, les syndicats de police ont trop à perdre. Il y a fort à parier que leurs gesticulations ne seront qu’un pet de lapin dans l’air du temps. Chacun fera avec les discours rassurants, les promesses politiques, les retours de bâtons qui suivront pour les plus récalcitrants et tout redeviendra comme avant et l’on abordera la 35 iém année sans que rien n’aura véritablement changé !

Le changement nécessaire est d’ordre politique et sociétal, il est dans la vision de la société post soixante-huitarde. Il est dans un retour au bon sens, à l’autorité naturelle du policier. Qui a peur du gendarme hormis l’automobiliste qui craint pour ses points, son permis de conduire?

Le changement passe par une justice qui cessera de considérer les victimes comme de potentiels coupables ! Une justice qui ne supposera pas que les coupables d’agressions, de vols à la tire, de viols sont des potentiels victimes de la société, de leur environnement, du biberon que maman n’a pas donné, du prof tentant d’enseigner son savoir, du policier, et aussi des magistrats qui trouvent drôle d’afficher sur un mur, des photos de ceux qu’ils considèrent êtres des « cons », et particulièrement des parents dont les enfants ont été assassinés ! Très drôle en effet mais surtout révélateur de cette société du mépris !

Le changement serait que les parents soient de réels responsables, des justiciables des faits de leur progéniture, des citoyens payants s’il le faut les dégâts de leurs enfants, y compris mensuellement s’ils sont abonnés à l’assistanat ! Ce n’est pas la pauvreté qui est délinquante de facto, c’est le laxisme éducatif ! Qu’ils cessent aussi de prendre leurs enfants pour des rois, qu’ils sachent qu’un enfant ne se balade pas dans les magasins en hurlant et en faisant des scènes à sa mère, une mère et un père tétanisés par les doltoistes, ces gauchistes éducatifs, qui considèrent que l’enfant est intouchable et traumatisable sitôt qu’il se prend une remontrance ou une gifle. Ah Françoise Dolto, que de mal vous avez pu faire avec votre discours sur l’autorité et l’enfant roi ! Il est le premier à en payer le prix fort.

Le changement passera par la volonté de renverser dans le bon sens, cette pyramide sociale qui fait que chacun reviendra à sa place et fera son devoir ! Les parents au centre, citoyens d’une nation respectueuse des libertés, des droits et des devoirs de chacun, soutenus par une hiérarchie judiciaire, sociale, politique et policière respectueuse des lois qui s’appliquent à tous et à chacun.

Quand des politiques sont exempts de justice, quand la justice devient laxiste pour les uns, et dure pour les autres, quand elle sanctionne la liberté d’expression au nom des libertés, quand des associations s’auto-décrètent porte-parole de la vérité sans appel, quand les gardiens de l’ordre se retrouvent victimes, il ne peut pas y avoir dans ces conditions, de véritables changements.

Les policiers sont en colère? Cela finira bien par passer se disent nos énarques, nos dirigeants, nos responsables ! Je crains hélas, que c’est exactement ce qui va se passer. Jusqu’au prochain coup de « colère » ou changement réel de politique !

Gérard Brazon (Le Blog)

13 Commentaires

  1. Pour confirmer votre propos, une petite anecdote du quotidien des années 90 à Paris ; J’étais stationné rue Saint-Ambroise, dans le 11e et je repère deux jeunes roumains en train de se faire un parcmètre au vu et au su de tout le monde, je les alpague tous les deux avec leur butin et les outils et je les emmène, en les tenants par le col jusqu’au commissariat situé à deux pas, bd Voltaire .
    Que s’est-il passé ? Je ne suis même pas rentré dans le commissariat puisque le planton en faction m’a ordonné de relâcher les deux zigotos connus par tous les flics du lieu : « on ne peut rien faire, ils sont mineurs, laissez-les partir ! ».
    Je lui fais remarquer que moi je paie le parcmètre, sinon je prends un PV et que ces mômes délinquants piquent l’argent en toute impunité sans que personne ne bouge .
    Énervé, le planton me demande de partir immédiatement sous peine d’ennuis pour ma personne…
    Incroyable, mais vrai !
    Moralité : si vous voyez un larcin se commettre devant vous, n’intervenez pas, sous peine d’ennuis pour vous !
    Alors aujourd’hui, avec Cazeneuve et Taubira…

    • C’est une des raisons pour laquelle je ne crois pas que le changement viendra de la colère de la police. La majorité d’entrés eux ne bougeront jamais sans un coup de pouce extérieure.

  2. Pourquoi n’exigent-ils pas la démission de Taubira? elle en a assez fait comme ça! on ne peut pas croire aux modifications et changements faits par cette meute de malfaisants. Les changements ne seront pas appliqués, il y a trop à faire pour ces nuls qui , surtout, ne veulent rien arranger et protègent Taubira qui en sait trop à leur sujet!!

  3. Tilt ! Pourquoi ne donnerait-on pas la nationalité française ou le droit d’être résident en France avec un permis probatoire de 6 points. Un vol – 1 point, violence – 3 points, viol – 5 points, meurtre: Annulation direction L’Isle du Diable avec un sac de riz et un autre de graines à planter pour survivre.
    Les assos droitdel’hommistes vont hurler mais c’est en pratique avec notre droit de conduire et personne ne moufte.

    • Ceci est à appliquer , non pas pour donner la nationalité française ,mais pour avoir une carte de séjour !
      Je me permets d’ajouter que le gouvernement a l’obligation d’assurer l’ordre public ,ce qui n’est plus le cas actuellement !

  4. D’accord avec vous ! D’ailleurs, la gueule de la taubira hier, était significative. En rogne, elle devait fumer intérieurement, mais…bien décidée à ne rien changer. Mais gare à la prochaine mort d’un policier faisant son devoir…Je ne crains pas pour elle, je le souhaite…

  5. Bonjour,
    Je me permets ce petit message car le vôtre m’a fait bondir de mon siège! Je suis à 100% d’accord avec les policiers et le manque de justice de votre pays (ici en Belgique, ce n’est vraiment pas mieux) mais accuser les parents de laxistes parce qu’ils ne cognent pas leurs enfants, là, cela m’agace souverainement.
    Monsieur « l’autodidacte », savait vous que la Norvège où la fessée est interdite et le japon où l’enfant est « roi » sont les deux pays au monde où le taux de délinquance et de criminalité sont les plus faibles?
    Savez vous aussi que parfois des enfants sont difficiles dans les grandes surfaces, pas parce que ils ne reçoivent pas assez de fessées, mais peut-être comme mon fils qu’ils sont « simplement » autistes et se sentent agressés par les lumières, la foule et le bruit. Pour votre culture, Monsieur l’autodidacte, vous pourriez lire « le petits prince cannibale » où, Françoise Lefèvre, la maman d’Hugo Horiot, raconte les joies des courses avec son fils.
    Je pense exactement le contraire de vous, les enfants sont respectueux si ils sont aimés et respectés. J’ai du mal d’imaginer que des enfants nés de mariages forcés islamistes par exemple puissent être aimés et respectés!
    Et pour terminer votre culture un texte de Janusz Korczak, qui a préféré mourir avec les enfants juifs déportés plutôt que de les abandonner:
    L’enfant qui grandit avec la critique apprend à condamner.
    L’enfant qui grandit avec la haine apprend à combattre.
    L’enfant qui grandit avec la dérision apprend à tout craindre.
    L’enfant qui grandit avec l’outrage apprend à se sentir coupable.
    L’enfant qui grandit avec la tolérance apprend à devenir patient.
    L’enfant qui grandit avec l’encouragement apprend à être sûr de lui.
    L’enfant qui grandit avec le compliment apprend à être reconnaissant.
    L’enfant qui grandit avec la franchise apprend à être juste.
    L’enfant qui grandit avec la sécurité apprend à être confiant.
    L’enfant qui grandit avec la reconnaissance apprend à s’estimer lui-même.
    L’enfant qui grandit avec la bonté, la bienveillance, apprend à aimer le monde.

    Janusz Korczak (médecin-pédiatre et écrivain polonais)

    • Vous ne trouverez pas dans l’article l’éloge de la fessée, je parle de remontrances et de gifle que vous confondez immédiatement pas un tabassage en règle. J’ai eu des enfants en bas âge et je faisais mes course sans eux, ma femme restant à la maison. Parfois c’était l’inverse. Je ne faisais pas subir à mes enfants les heures de passage en caisse après celle de la charcuterie, les fruits et légumes sans compter la chaleur dans les magasins ! Bref, je considérais que mes enfants étaient mieux à la maison que dans un centre commercial. Oui les parents sont responsables de leurs enfants de par leurs actions et leurs choix. Je me fiche de la Norvège et du Japon. Mais sur ce dernier pays sachez tout de même qu’il a le record de suicides de ses enfants qui, s’ils sont libre de tout faire enfants, subissent des lourdes répressions par la suite dès qu’ils entrent dans la vie scolaire. Et puis je ne peux pas vous laisser me faire un procès en utilisant un texte mettant en scène des enfants juifs ! Cela relève d’un procès d’intention qui vous vaut automatiquement la médaille de Godwin, celui qui dit avec raison que lorsque un contradicteur souhaite vous clouer le bec, vous interdire de parler et de penser, il vous associe à Hitler. C’est exactement ce que vous avez fait Madame la pédiatre et cela n’a rien à voir avec votre enfant autiste croyez-le bien. Evitez seulement de l’emmener avec vous faire vos courses et il ne sera plus agressé. Du simple bon sens autodidacte sans prétention. Je dis ce que je pense et fais ce que je crois bon et ce n’est pas Françoise Dolto qui m’a gênée. Mes deux filles sont diplômées et parfaitement bien dans leurs têtes malgré une éducation à la fois protectrice et intransigeante sur le respect d’autrui. Pas d’enfants rois chez moi… Bien à vous Gérard Brazon

      • Bien dit Gérard !
        Une petite fessée n’ a rien à voir avec un tabassage.
        Il faut qu’ un enfant comprenne qu’ il y a des règles dans une société et dans la famille. Et j’ estime qu’ une personne qu’ y a recours à une fessée rarement n’ est pas pour autant un parent maltraitant. Surtout que cette fameuse fessée vexe plus l’ enfant que ce qu’ elle ne lui fait du mal.
        Preuve est faite que dans la société actuelle ces fameuses remise à l’ heure des pendules manque pas mal quand on voit l’ arrogance, l’ impolitesse et le manque de respect de la jeunesse qui se targue de donner une éducation « moderne » à ses enfants.

      • Oh là là, parce que je suis contre la violence éducative et que j’ose contredire Monsieur, j’empêche forcément les gens de penser et je vous compare à Hitler!!!!!
        Dites donc, Monsieur l’autodidacte vous faites vite des raccourcis!
        Mon principe est que l’on n’inculque pas à un enfant que la violence est inadmissible tout en usant de violence sur sa personne pour le lui faire comprendre.
        En ce qui concerne mon fils, j’évite le plus possible les endroits bruyants, mais je n’ai pas les temps libres que votre femme et vous semblez avoir, donc, oui, parfois je suis obligée de l’emmener faire des courses avec moi si son père qui travaille beaucoup n’est pas là et que j’ai besoin de quelque chose à manger. Pour vous dans ce cas là, le simple bon sens serait peut-être de le laisser seul dans votre appartement où de le gifler, mais moi, je n’ai pas honte de lui et je n’en ai rien à faire que des gens comme vous me critiquent sans savoir! Et pour finir, Monsieur aux enfants diplômés, mon fils est asperger est très intelligent et pourtant très mal dans sa peau. Comme si les diplômes, l’intelligence ou la culture avaient un rapport avec le bonheur et le bien-être. Pour compléter votre culture je vous aurez bien proposé la lecture des livres de Filliozat ou de Thomas Gordon, mais je vois que vous savez mieux que personne comment inculquer le respect aux enfants!

        • Lilla
          Croyez-vous que les livres auquel vous faites allusion soit une référence dans l’ éducation ?
          En tant que pères de familles responsables nous n’ avons nullement besoin d’ aller chercher ailleurs des « conseils » !
          Si vous faites partie de ces personnes qui ont besoin d’ être assistées en allant chercher chez les autres ou dans des livres une méthode cela vous regarde mais essayez de ne pas reprochez aux autres parents leur façon de dispenser une éducation, comme ils l’ entendent, à leurs enfants.
          Et essayez de vous mettre une fois pour toutes dans la tête que nous ne sommes pas des bourreaux parce que nous avons donné quelquefois une fessée à nos enfants… qui d’ ailleurs, bien des années plus tard, nous en remercient encore.

Répondre à Dany Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*