La pédophilie autrefois « comprise » par la gauche est, et reste une abomination !

Interpellé sur  la pédophilie, je ne souhaitais pas primitivement traiter ce sujet. Il me fait tout simplement horreur. Je n’arrive toujours pas à comprendre ce désir sexuel qu’ont des adultes pour des enfants. C’est au-dessus de mes possibilités.

Soixante-cinq  personnes ont été arrêtées pour avoir regardé, collectionné des images, des photos et des vidéos pédophiles. Ils regardaient des vidéos, ont fantasmé dessus, et se sont masturbés avec. Ce sont des hommes, et je ne sais pas s’il y a des femmes. Ce sont des citoyens ordinaires. Des « monsieur tout-le- monde ».

Alors, face à cette réalité, on peut penser à ses voisins, aux amis, et qui sait, à des membres de nos familles. Comment ne pas être horrifié en le sachant ?

Alors le plus souvent, on zappe, et on évite d’y penser car il est vraiment difficile de laisser ses enfants circuler librement pour aller à l’école, les faire garder par des amis, des oncles, des frères à la sortie des écoles, ou pour les vacances, s’il faut penser à ces possibilités.

Heureusement, la plupart du temps, ces inquiétudes n’ont pas lieu d’être. Votre enfant peut tout aussi bien rencontrer un salaud à la sortie d’une activité, ou lors d’une fête de mariage. Pour ma part, maigre rempart, je les informais des dangers,  je disais à mes enfants de ne jamais monter dans une voiture, y compris celle d’un ami, d’un voisin qu’elles auraient pu connaître. Mais personne n’est à l’abri.

Mais venons au sujet de cet article ! Certains lanceurs d’alertes et autres militants me disent craindre qu’à la suite de ces jurisprudences, ce seront demain des images antisémites qui seront visées, et après-demain des images islamophobes, puis des images de climatosceptiques, des images de guerre, et pour finir des images pornos d’adultes.

C’est une pente liberticide qui peut exister ? Mais tout de même, les sujets n’ont pas grand-chose à voir entre eux. Entre des photos de pédophiles et celle d’un opposant politique par exemple.

Comparer l’interdiction de photos mettant en scène des enfants violés n’a rien à voir avec des photos d’antisémites bavant leur haine du Juif parce que juif. Je les exècre par ailleurs. Qu’un type soit antisémite me dérange, mais nous ne sommes pas dans le viol d’un enfant.Qu’un homme ou femme soit opposé à ma manière d’appréhender l’islam que je considère totalitaire, liberticide, misogyne et qu’il me traite d’islamophobe, m’accuse de faire partie de la “fachosphère” ne me dérange pas du tout. Bien au contraire, ils me parent d’un titre dont je peux être fier. Je peux finalement comprendre leur dépit, leurs vindictes, mais là aussi, il n’y a pas une apologie de l’enfant comme objet sexuel. Hormis bien sûr, pour les musulmans suivant littéralement le Coran, et n’étant pas choqués par la pédophilie avérée de Mahomet sur son “épouse” Aïcha de 9 ans. Sur les conséquences de la loi islamique (charia) qui autorise le mariage d’une enfant à peine pubère et ses dérives pédophiles pour le coup, avec des enfants plus jeunes. Mais point d’échanges de photos, de vidéos, de viols, de marchés de l’horreur pédophile. L’islam est un système monstrueux qui ne diffuse pas pour autant ce genre d’images de déglingués.

Pas plus que des tarés du climat qui exercent une pression forte sur la société, et que je critique pour leurs méthodes de fascistes verts, mais cela n’a pas non plus à voir avec les viols d’enfants.

Pas plus que ceux qui sont “climatosceptiques”. Pas plus pour les animalistes qui vont jusqu’à considérer l’animal comme plus important que l’homme. Ils ignorent d’ailleurs, ces citadins bobos, que la nature n’a rien de gentil. Ils sont sectaires, dogmatiques, totalitaires par essence, mais ils resteront judiciairement libres de diffuser leur doxa.

En fait, je ne crois pas qu’une jurisprudence anti-pédophile puisse, à terme, être sérieusement mise en place contre les libertés fondamentales que sont les libertés d’opinions, le droit au blasphème, l’opposition politique aux écologistes et même lutter contre les féministes gauchistes qui voient les hommes comme de dangereux violeurs, de sordides brutes frappant les femmes parce que femmes. Et ce, de par leur naissance en tant que mâles.

La justice est faible en France. Elle est infectée par un virus libertaire. Par des dogmes gauchistes qui considèrent les coupables comme des victimes, et les vraies victimes comme des entités négligeables, mais elle n’est pas idiote pour autant. Jamais elle n’utilisera les activités de pédophiles, leurs images, photos et vidéos pornos comme des armes judiciaires contre des opinions politiques. Ce serait, à coup sûr, l’explosion.

Le craindre est surtout la preuve évidente que les Français n’ont plus confiance en rien. Là est la gravité de notre situation. La parole politique est dévalorisée, celle des médias aussi. C’est une certitude. Mais de là à imaginer le pire, dans ce presque néant, il y a une marge. N’y ajoutons pas en plus, de la fumée.

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*