La baronne Charlotte de Turckheim qui joue une comtesse se moque de l’Histoire de France !

Un nouveau film de Boboland avec Charlotte de Turckheim dans le rôle de la première idiote et son complice Amir El Kacem qui doit franchement se marrer.

Quand on vous dit que la France s’étale dans la gadoue du politiquement correct, qu’elle ne prend pas la peine de prendre un parapluie quand il pleut des étrons, qu’elle évite de porter des bottes pour éviter les dégueulis multiples du multiculturalisme, on ne dit pas que des idioties.

La France se pâme devant la diversité, celle d’un Omar Sy aidant un tétraplégique, ce qui l’envoie à Los Angeles pour y vivre, celle d’un voyou, d’un voleur, transformé par la magie gauchiste en Arsène Lupin dans ce pitoyable film à deux sous d’Isabelle Doval, connue sous le pseudonyme d’Isabelle Dinelli, proche de son nom de jeune fille, Isabelle Pinelli. Une Française qui a donc des soucis avec son patronyme et qui est née à Tunis ! Elle est mariée à José Doval, plus connu sous le nom de José Garcia, le petit marrant de Canal + devenu un acteur qui se veut marrant comme, par exemple, dans « La vérité si je mens » !

Elle a sûrement voulu faire un film drôle en hommage à son mari sans doute ! Elle fait donc un navet de plus ! Un film encensant la diversité, en niant la réalité d’un voleur et en se foutant des vieilles familles aristocratiques !

Un film avec les mêmes ingrédients habituels ! Une sorte de couscous où le rôle de la merguez est tenu par un acteur « issu de la diversité » et celui de la semoule par Charlotte de Turckheim.

Que dit-elle sur ce film : « On n’est pas du tout dans le cliché de l’aristo qui va apprendre au petit gars de banlieue comment vivre, mais c’est vraiment comment ils vont s’apprendre l’un l’autre quelque chose, comment ils vont s’aider à sortir du carcan de leurs propres traditions » ! Ben oui, ce serait raciste d’apprendre à vivre à une racaille des banlieues ! Pourtant, cela l’aiderait sacrément de connaître les us et coutumes et de faire l’apprentissage d’une vie dans une société civilisée et éduquée ! Charlotte de Turckheim est mariée à monsieur Zaman Hachemi, un Afghan et ex-réfugié politique qui fut un combattant du commandant Massoud et qui n’apprécierait pas de vivre dans une cité de Paris.

Que veut dire le scénario du film : à la mort du comte, la comtesse de Montarbie d’Haust doit transmettre le titre de noblesse et le domaine à un homme de la famille, comme le veut la tradition. La tradition n’est pas la loi ! C’est se foutre du monde, car en France, qu’on le veuille ou non, il n’y a pas comme en islam une ségrégation sexuelle. Sa fille héritera de sa part et elle peut très bien, si elle le souhaite, garder son patronyme ! De plus, une erreur importante fait tache, elle serait une descendante de Maximilien François Marie Isidore de Robespierre qui n’a pas eu de descendance avérée ! Pas plus que ses deux sœurs !

Elle ne peut se résoudre à transmettre le domaine à Gonzague, dit-elle, dont on notera le prénom peu usité et qui nous démontre le côté noblesse, et donc à renier. À contre-courant de cette France qui se veut à la pointe de la modernité si diverse ! Un neveu forcément arrogant et bien sûr cupide, puisqu’il est noble !

Vint le fameux Abdel, (Amir El Kacem),un beur des cités, une raclure de banlieue, un voleur. Le scénario dit « un jeune de cité débrouillard et astucieux » pour nous faire avaler que ceux qui hantent les HLM des banlieues, qui font chier (pardon, qui ennuient) ceux qui bossent en brûlant leur voiture, en faisant du rodéo et en vendant de la drogue en bas des immeubles ne seraient, en fait, que des « jeunes débrouillards et astucieux » !

Bravo, Isabelle Doval, mais vous habitez où avec votre mari ? En Seine-Saint-Denis ou à Saint-Germain ? À Versailles ou à Villepinte ?

Sa rencontre avec la comtesse va faire des étincelles, poursuit le scénario et la rencontre de ces deux mondes, que tout oppose, pourrait bien les aider mutuellement.

Face à ce petit monument de destruction de nos valeurs françaises historiques, à commencer par la langue française, les comportements valorisés de la racaille des banlieues, la technique qui consiste à ridiculiser un segment d’une population pourrait bien s’appeler du racisme, si j’en crois certains à gauche et même Pierre-André Taguieff qui nous dit, dans son « Incorrect » sur Valeurs Actuelles, qu’il y a racisme « lorsqu’une certaine conceptualisation populaire, ou savante, de la diversité humaine, y compris culturalisante (sic) comme la civilisation, l’histoire, la culture, l’ethnicité, la religion, la langue !

Nous en sommes bien  là ! Dans ce cas de figure précis ! Celui d’un racisme de civilisation, de culture et d’Histoire ! Qu’en pense Isabelle, la réalisatrice ? Qu’en pense Charlotte de Turckheim ? Raciste, ce film ? Anti-Français, finalement ?

Comme les riches, ou moins riches, bobos n’ont aucun sens des réalités, ils vous diront que c’est un film pour rire ! Il est bien évident que si cela avait été l’inverse (obliger un beur à bien se comporter, à être poli, non violent, respectueux, propre sur lui, courageux, etc.), un peu comme le machiniste de la RATP a fait quand un branleur l’a insulté, ce serait du racisme d’extrême droite ! Heureusement, le chauffeur est noir…

Je fais donc une critique justifiée d’un film de bobo décadent qui encense l’immigration et souhaite la victoire de l’Orient sur l’Occident judéo-chrétien aux racines gréco-latines !

L’Orient sauvant la France ? La cité sauvant l’aristocratie ? La charia, avenir de la France ? Pire que Mélenchon qui regrettait que Charles Martel ait gagné la bataille de Poitiers.

Charlotte de Turckheim déconnait déjà mais là, c’est la babouche d’or. Malgré son mari afghan, elle n’a pas encore lu Coran et ses prétentions sur les femmes réduites à être frappées si elles sont désobéissantes et, dans les hadiths, à trouver le bonheur sous les pieds de leur mari.

Et dire que c’est cela que nos bobos veulent nous imposer, y compris dans les salles de cinéma !

Gérard Brazon (Libre expression)

64 Commentaires

    • Punaise ! Le comprimé de « raisonnite lucidus » que vient de prendre le professeur vient de faire son effet. Malheur à nous quand son effet s’estompera

      • Bien VU…!!!,et de surcroît drôle!!… Le « roi des couillons » (faux Pr) aurait donc des instants de lucidité provoqués par un comprimé?, vite et d’urgence, qu’il en avale au moins, une boîte chaque jour…

    • En effet. Une belle époque qui avait un cinéma pour nous divertir. Aujourd’hui, une bonne majorité du 7ème art est propagandiste.

    • Sympa cette séquence avec Ventura et Blier au resto.
      Ah quand même… Chelletonne coupeur de steak frites maintenant ? C’est bon signe, les rats commencent à quitter le navire !

      • Je ne déteste pas un bon steak-frites. Et d’après Einstein si les rats pesaient 20 kg ils seraient les maîtres du monde. J’en pèse 90. Vous pouvez commencer à vous inquiétez quand je quitterai le navire

          • SHELDONJe vais vous faire une réponse comme vous les faites..;;Ouvrez les yeux bien en grand et vous découvrirez que le capitaine du bateau du bon sens,c’est moi !!!!!
            Pour ce qui est de la vidéo,je vous ai demandé une adresse pour vous adresser une clé USB

    • Sans les habituelles subventions, ces productions sont systématiquement dans le rouge. Rouges comme la majorité des intermitteux du spectacle qui captent des indemnités de chomage largement disproportionnées par rapport à leurs périodes d’activité. Mais là pas de réforme, ils votent pour le camp du bien. Idem pour la presse écrite et ses quelques 900 M€ annuels de dotation.

  1. L’enfer est pavé de bonnes intentions. Le cinéma en est plein de ces pavés ! Si vous ne comprenez pas le sens caché de ces paraboles cinématographiques, j’en suis désolé pour vous ! Charlotte le dit clairement dans son interview, sans même réaliser son énormité ! Ce n’est pas à nous de comprendre, d’aider, mais bien à l’étranger de s’assimiler, de faire des efforts d’abord, et de comprendre sa chance.

  2. Votre jugement est bienvenu bien écrit et sans doute parfaitement justifié, mais ne perdons pas notre temps à aller visionner ce film, qui doit être un navet monumental, et encore moins à en faire l’analyse.

  3. Un film, une comédie, une fiction n’en véhicule pas moins des « contenus » culturels et idéologique, des valeurs, des attitudes, qui peuvent être méprisants pour la France.

    • Rad
      ha !!! il vous à bien moucher celui-là ….IL EST VRAI .que vous ne supportez pas les vérités que la majorité des commentateurs vous assaine
      Votre propagande est du même niveau que celle du film,c’est à dire fourbe, hypocrite ,LA GUAUCHIASSERIE QUOI !!!

  4. Cela s’appelle une critique, tout simplement. On n’a plus le droit d’émettre des critiques de films, maintenant ?

    • Ouais. Elle ferait mieux de retourner à ses origines et pédaler dans la choucroute puisqu’ elle est de Turckeim, en Alsace. Gottfertami !

  5. Charlotte de Turckheim ne tourne que des navets, tout comme ceux qu’elle réalise qui sont souvent de grosses daubes. Elle n’a plus rien d’une actrice si, toutefois, elle l’a été un jour.
    C’est dommage. Elle avait un côté sympathique. Mais, ses choix ne sont motivés que pour faire de l’argent avec des thèmes de plus en plus stupides et qui portent de plus en plus un « message » qui devient insupportable. Elle devient une vraie « bobo » sans aucun talent.
    Il ne suffit pas de sourire !

  6. A propos du chauffeur de bus qui a giflé un petit con, il serait temps de rouvrir la boîte à gifles pour ramener la paix sociale.

  7. Dans la même veine du » qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu « :bourrage de crâne l’endoctrinement à travers la rigolade bien grasse encore un effort vers l’enrichissement culturel

  8. C’est terrible de vivre ça ?.Habiter dans un hôtel particulier quand on voudrait tant être celle qui en lave les carreaux ,les toilettes et les escaliers.

  9. Elle a quand même un problème avec ses origines mémère, elle ramène toujours tout à la noblesse pour rendre les aristos ridicules, mais il faut croire que la fabrication de navets lui permet d’entretenir les demeures familiales.

  10. Ouaip, nos bobos et surtout nos cocos qui les ont engendrés.
    Prière de ne pas oublier la cause racine de toute cette chienlit.

  11. Juste un truc..charlotte est parpaillotte..sur le coup de l’immigration..ils sont pires que françois..alors mari afghan..coran..tracassez pas..le voile elle y arrivera

    • Merci de le rappeler. La CIMADE est un pourvoyeur de sans papiers et importation en tout genre. Toujours à juger et à donner des leçons.

  12. La réalité financière et les pétro-dollars ont déjà changé le « cours de l’histoire ».
    Le qatar, les émirats, l’Arabie saoudite…et aussi la Chine, avec ses dix mille milliards de bons du trésor US, se goinfrent de palais, d’hôtels, de châteaux, de vignobles… que la France des propriétaires nobliaux leur abandonnent contre du papier monnaie.
    Alors une crétinerie de plus pour mémères déjà converties, ça change quoi?

  13. Elle a versé depuis longtemps dans des films alimentaires bobo-cucu-bienpensants comme Vincent Lindon.
    De toute façon, l’invasion migratoire donne lieu à une myriade de films opportunistes nous vantant les qualités de ces parasites. Ces films ne sont pas à la gloire du cinéma et marquent une baisse de niveau et d’inventivité. Je leur souhaite des flops retentissants

  14. Pas vu le film, mais je devine quand même que le bel Abdel héritera du domaine…Cela se veut sans doute prémonitoire pour la France.

  15. Notez l’ordre des mots dans le titre : « Abdel et la comtesse » Même là, le « abdel » est prioritaire. Quelle pitié de s’abaisser à de telles bassesses : vous êtes la HONTE de la France, mesdames De Tuckeim et Dorval !

  16. Tout ça pour une Konne, vulgaire, ne jouant que dans des navets ? Ayant un patronyme « noble » alsacien frelaté ?
    Un Bruno « Solo », pièce rapportée, qui mériterait de le rester ?
    Enfin un Abdel qui n’enlèvera jamais la …Scala !

  17. Depuis plus de quarante années la gauche caviar détruit la France politiquement ,juridiquement,artistiquement,audiovisuellement avec son laxisme,et c’est pas finit.Les dix prochaines années à venir vont êtres chaotiques. C’est pendant cette période décisive que va être scellé définitivement le sort de la France et des français,rester ou ne plus être. Français,vous avez le libre arbitre. A vous de décider…..

  18. RAD
    Tout ce qui ne va pas dans votre sens,ne vous convient pas…
    TANT MIEUX,car comme vous le disiez vous même ,il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
    Nous on vous dit que si cela ne vous convient pas,quittez ce site et même plus encore.

  19. oui bel article il est de « bon ton » de sentir le mouton, et de mettre des « babouches » ha les inc oyable bobo a quand un BONAPARTE

  20. Je ne regarde plus que les vieux films. Toutes les nouveautés sont truffées de messages subliminaux pour le métissage, le vivre-ensemble, etc… y compris les fictions TV. Quant à la baronne, elle trahit, sa classe, ses ancêtres et nous avec. Ca revient à la question que je posais ici au sujet du Procureur à particule qui a chargé Estéban et Samuel : à quel moment ces gens issus de la France profonde ont ils viré de bord, pourquoi et quand sont ils devenus communistes ?

    • Comme vous Olivia, je ne rearde plus que les films avec nos bons acteurs et bons scénarios, marre de voir cette france qui devient trop « noir »….

  21. Susceptibilité. Le Point révèle que le scénario et le tournage du film “ Alice et le maire ”, avec Fabrice Luchini, à Lyon, ont fait bondir Gérard Collomb. Lui Luchini est un bon acteur et Gèratd Colomb à donner ordres pour que tout soit annulè ..Allez voir..Libertè d expression où es tu?

  22. Depuis la rentrée, on s’amuse bien dans les couloirs et les bureaux du conseil général du Rhône… Fabrice Luchini y prend ses aises, tête d’affiche du prochain film de Nicolas Pariser qui aura pour titre « Alice et le maire ». Luchini y incarne un maire fatigué par trois décennies de mandats, cherchant fraîcheur et inspiration auprès d’une jeune philosophe (Anaïs Demoustier) que l’on vient d’intégrer à son cabinet dans le but

  23. C’est une équipe pleine de bonne volonté et de bons sentiments qui veut sauver « le France » alors que nous sommes embarqués dans le Titanic…

    • Bons sentiments? Non, histoire portée par la macronie bernisée.
      Leur « bonne astuce », c’est celle qui consiste à faire payer le smicard pour entretenir les châteaux occupés pour plus du quart par des « particuliers » friqués, qui refusent de mettre la main au portefeuille pour entretenir leur monument historique.

      Retour à l’ancien régime…. et ce n’est pas le royaliste Bern qui s’en plaindra.

  24. ILS ONT UNE ROLEX ? OUI ALORS C EST BIEN . ILS SONT POUR LA DIVERSITE ? C EST BIEN FAIT POUR EUX ! ON LES OUBLIE TRES VITE . TRES TRES VITE . CHASSE D EAU ET RIDEAU …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*