J’en veux aux abstentionnistes qui ont favorisé nos pires ennemis

C’est d’abord une immense déception qui m’a envahi hier au soir. Écœuré, je n’ai rien pu écrire, stupéfait je n’ai pu faire aucun commentaire. J’ai encore en moi cette naïveté qui me faisait croire que les Français, qui avaient encore le choix, allaient se mobiliser pour que la gauche n’ait pas le pouvoir absolu. Pour que des élus Front National soient assez nombreux pour se faire entendre au Parlement. Pour que le « Tout sauf la gauche » soit entendu. Cette incorrigible naïveté, dans la croyance d’un sursaut, dans la résistance à une évidence que les médias nous vendent comme l’expression démocratique de tout un peuple, me rend à la fois triste et en colère. Tout ce travail que les résistants ont mené ces derniers mois, toutes ces heures passaient devant un écran, tous ces commentaires, ces réponses, ces contacts, tout cet espoir se dressent désormais comme un arbre frappé par la foudre. Disloqué, brisé, pantelant.

Alors quoi, c’est plié, c’est balayé. La France, notre France en a fini avec sa gloire et ses lumières! Verrons-nous donc le début d’une transformation à la manière de ce film « La Mouche »? En est-ce fini de cette France d’antan, fière et rayonnante par sa culture, par ses idées de justice et de libertés, par ses armées,  par sa grandeur et son aura qui lui permit non seulement d’être la plus vielle Nation mais aussi la plus respectée en tant que telle. La Liberté sommée de descendre des barricades. Des gendarmes européens vont l’enchainer et la mettre dans une galère sous les you-yous et les cris de joie d’une population qui attendait tranquillement le moment de sa lapidation ou de sa mise en esclavage en oubliant toutes les raisons qu’elle avait de la soutenir. Cette population aura son droit de vote pour mieux achever la bête, elle aura ses autorisations, ses régularisations, ses naturalisations, ses allocations comme autant de coups contre cette France que nous aimons!  Jusqu’à ce que mort s’en suive?

Les Français sont comme entre les deux guerres. Parce qu’ils sont inquiets, ils se réfugient dans les bras de l’étrangleur. Parce qu’ils sont repus, ils méprisent les repas de la Fraternité, parce qu’ils s’imaginent libre, ils délaissent la Liberté, parce qu’ils se croient au-dessus, ils méprisent l’Egalité, puisqu’ils n’ont plus la foi en la République, ils méprisent la Laïcité.

Ils s’abandonnent alors même que la charrette vient les chercher pour aller vers cette place de la Concorde promise par les socialistes, qui sera en fait l’endroit de leur mise à mort devant une foule qui hurlera sa haine de la France moisie et rance. La haine de la France de nos parents et grands-parents au nom de la « modernité » qui n’est en fait qu’un nivellement par le bas, un abandon de nos valeurs, de nos libertés, de nos spécificités, de notre histoire et de notre fierté d’être, d’avoir été un grand peuple civilisé.

Alors oui, je reconnais que je suis profondément déçu  par ces Français qui, par une abstention massive dans des circonscriptions gagnables pour la droite, fortement réalisable pour le Front National comme celle de Valérie Laupies contre Michel Vauzelle notoirement reconnu comme un mauvais gestionnaire et un profiteur. Ce qui peut paraître pour de l’outrance à certains n’est que l’expression d’une véritable colère.

Alors que faut-il faire, que faut-il dire? Devons-nous baisser les bras? Abandonner la partie, rejoindre le troupeau, les bœufs de l’abattoir halal du coin? Sommes-nous désormais tombés si bas que l’espoir de nous relever est impossible? Encore une fois, c’est l’Histoire de notre pays qui nous enseigne que rien n’est jamais perdu. Notre France a eu souvent un genou à terre. Certes, les Français de ces époques avaient encore la notion de ce qu’ils étaient. Certes, leur premier réflexe était de se relever! Mais il n’avait pas été touché aussi massivement de l’intérieur, dans leurs âmes, dans leur culture. Ses adversaires ne sont pas à la solde d’un envahisseur armée et occupant des territoires comme autrefois les anglais et les allemands. Ses adversaires sont des Français comme eux qui ont décidé de ne plus l’être au nom de l’Europe liberticide, au nom du multiculturalisme, au nom du métissage, au nom de l’islamisation et de l’abandon de toutes idées ayant trait à la souveraineté nationale.

Ces adversaires sont servis par un système électoral inique que nous devons à la droite également, qui transforme en majorité des minorités! La France est à droite tous courants confondus, mais tous les pouvoirs sont à gauche! Les commentateurs en déduisent que les Français ont décidé de donner la majorité à la gauche. Avec la complicité de ce système et la formidable abstention! Quelle hypocrisie monstrueuse. La démocratie française aux yeux des démocrates sincères est une immense foutaise.

Pour ma part, je rejoins les Français qui ne peuvent pas se reconnaître dans ce système politique, dans ce Président de la République élu par défaut et encore moins dans cette Assemblée nationale.

Les socialistes devront trouver d’autres excuses à leurs résultats désastreux passés et à venir puisqu’ils ont désormais tous les pouvoirs d’en haut jusqu’en bas: Régions, Sénat, Assemblée National, Présidence de la République et bientôt Conseil Constitutionnel. Belle exemple de dictature moderne finalement. Ils pourront changer de fond en comble la constitution française avec la bénédiction de ces français bobos ou anesthésiés ou stupides pour faire de la France une province européenne et une terre d’immigration pour les habitants de l’Afrique décrétés « Richesse de la France » et qui en fera un désert stérile comme « là bas » et un tombeau pour notre France millénaire.

C’était ma minute de rage et de déception.

Gérard Brazon  (Puteaux-Libre)

Loquendi Libertatem Custodiamus – Gardons la liberté de parler