Je ne suis pas Charlie Hebdo, parce que « Charlie » n’est pas « Valeurs Actuelles ».

Je ne suis pas Charlie pour des raisons qui tiennent à la politique rédactionnelle anarcho-gauchiste de Charlie, mais… je suis solidaire des victimes de la barbarie islamiste.

Je ne suis pas Charlie parce que le Charlie d’aujourd’hui condamne les caricatures de Valeurs Actuelles, et vilipende un journal d’opinion qui ne correspond pas aux opinions politiques de Charlie, mais… je suis solidaire de la reparution des caricatures de Mahomet.

Je ne suis pas Charlie parce qu’il soutient in fine, des partis politiques responsables de la décadence de la France, de sa déliquescence du fait de leur lâcheté. Je ne suis pas Charlie parce qu’il œuvre, à sa manière, à la destruction de la Nation et vomit sur les patriotes, et notre culture, mais… je suis solidaire de Charlie, parce que je ne peux pas accepter que l’on touche aux libertés, et particulièrement à la liberté d’expression ce qu’il fait hélas, lorsque Charlie ne soutient pas Valeurs Actuelles.

Je suis solidaire avec Zineb El-Rhazoui quand elle fait le constat d’une France certes encore Charlie, mais dénonce un “climat de terreur intellectuelle” qui annihile de plus en plus la liberté d’expression et le droit de blasphémer. Comment ne pas être en phase avec elle sur ce sujet.

Cette terreur existe. Elle est subie par tous, et à tous les niveaux, y compris par des institutions catholiques censées valoriser les martyrs morts atrocement dans les arènes de Rome, censées valoriser l’image du Christ sur la croix qui pardonne, mais incapable d’avoir le courage de soutenir une amie en l’assurant de son soutien. Cette amie est connue pour ses opinions anti-islam. Elle se fait actuellement harceler dans son travail par une direction catholique devenue frileuse et crevant de peur d’être montrer du doigts par les médias.

Cette terreur existe chez les journalistes qui ne savent pas/plus qu’être journaliste c’est surtout relater des faits, de débattre, de chercher la vérité au lieu de se cacher derrière leur petit doigt idéologique pour ne pas avoir à dénoncer la montée d’un islam qui est foncièrement, par son enseignement, d’essence totalitaire.

Cette terreur ou complicité existe dans le monde politique. Les politiques ont abandonné le combat des idées, n’ayant plus les moyens de proposer autres choses que la doxa de Bruxelles. Ils ont abandonné la justice en la donnant à des juridictions étrangères comme la CEDH. Ils ont abandonné la police en méprisant son travail, et en relâchant quasi systématiquement les voyous, y compris ceux qui les agressent. Ils ont surtout abandonné les Français face à la terreur islamiste.

On tue au nom d’un dieu quasiment chaque jour et les politiques, les journalistes détournent le regard, et s’ils ne peuvent pas le faire devant la publicité faite par les meurtres aux couteaux, sous les cris de “Allahu akbar”, ils nous racontent une histoire de déséquilibrés à laquelle plus personne ne croit.

Ils taisent les noms des égorgeurs, des voleurs, des violeurs, des assassins de femmes, de Juifs, et ils refusent d’aborder la violence venue d’outre-Méditerranée, celle de l’immigration au nom du pas d’amalgame prenant les Français pour des imbéciles. Un peu comme ce Dupond-Moretti qui nous ressort le « sentiment d’insécurité » comme d’autres nous disent qu’il n’y a pas plus d’immigrés qu’il y a quarante ans, et les mêmes assurant que l’islam est compatible.

Si je suis ambivalent avec Charlie, c’est surtout parce que Charlie a pris conscience de la violence islamique et pour cause. Il l’a payée du sang de sa rédaction décimée.

Mais Charlie, pour autant, n’est pas un ami politique, il est même un adversaire politique déclaré. Pas un ennemi bien sûr.  Il fait et reste dans cette mouvance anarcho-gauchiste qui a voulu, consciemment ou non, la destruction de nos valeurs judéo-chrétiennes. La nature a horreur du vide. Vous chassez une croyance, une autre prend le relais. Il se trouve qu’avec la montée folle de l’immigration, c’est l’islam qui prend la main.

Le dernier sondage est clair. La France n’est plus unitaire. Elle est en voie de libanisation. Charlie ne dit mot sur ce sujet parce que son idéologie lui interdit de tirer les leçons malgré le massacre absolument  dégueulasse de sa rédaction.

Je suis inquiet de cette vision idéologique quand Charlie crache sur Valeurs Actuelles. Que dira la rédaction de Charlie si la rédaction de Valeurs Actuelles se faisait agresser par les nazis noirs de la LDNA « Je suis Valeurs Actuelles » ou « Merde aux patriotes ».

Rappelons que cette association n’a toujours pas été condamnée pour ses propos, pour son envahissement des locaux de Valeurs Actuelles, ce qui repose la question de l’abandon manifeste des politiques, des citoyens français face à la terreur des minorités islamiques, ethniques, indigénistes, et participe à la fragmentation de notre société.

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*