J’ai failli perdre ma jambe à cause des déserts médicaux

Le désert médical c’est quoi ? C’est une multitude d’endroits dans les campagnes ou un malade ne trouve aucun médecin pour le soigner avant un rendez-vous de plusieurs jours.

C’est une misère des premiers soins. Ce sont des appels à des cabinets de médecins qui sont soit en repos, soit refusent de prendre des nouveaux patients y compris en urgence.

Le désert médical, ce ne sont pas des cités où les médecins sont bastonnés, où l’on saccage leurs voitures, où ils passent un barrage de vendeurs de drogue pour savoir s’ils sont habilités à venir dans cette barre d’immeuble, dans cette cage d’escalier.

La misère, la vraie misère n’est pas dans nos territoires hors de la République, où refusent désormais d’intervenir des médecins, des infirmiers et tout autre personnel médical du fait de l’abandon par les pouvoirs publics de leur devoir d’assurer la sécurité auprès des citoyens. Des citoyens de troisième zone qui, eux, finalement n’ont le choix qu’entre crever ou partir faire des kilomètres pour se faire soigner hors de ces territoires « dérépublicanisés », et totalement sous la coupe des Salafistes et des dealers.

Le désert médical ce sont des rendez-vous faits à des malades en demande de soins urgents, comme un de mes voisins qui mit deux mois pour avoir un rendez-vous à 80 km de chez lui, pour soigner un œil blessé par un copeau de bois. Je vous laisse imaginer ce qu’est devenu son œil !

Le désert médical, je l’ai vécu par hasard, un lundi 2 octobre en revenant dans ma campagne percheronne, après avoir représenté Riposte Laïque à Synthèse Nationale. La veille, j’avais subi un tremblement de froid incontrôlable, où il m’avait fallu m’enfouir sous une couette pour calmer mes tremblements et le claquement de mes dents. Puis, une grimpée du thermomètre me transformant en une fontaine, mon lit était une mare d’eau au matin.

Ce fameux lundi, une forte douleur au pied droit m’obligea à m’arrêter sur le bord de la route de mon retour. J’ai pensé que j’avais trop serré ma chaussure. Arrivé chez moi, en descendant de la voiture, je ne pouvais plus m’appuyer sur ma jambe sans souffrir l’enfer. La jambe, du pied au mollet, avait doublé de volume et était parsemée de veinules rouges. Qu’importe, cela passera, ai-je pensé…

Le lendemain, ma jambe avait triplé et devenait par endroits rouge foncée. J’étais KO et je ne pensais qu’à une chose, dormir. J’ai essayé d’appeler trois médecins dont les indisponibilités ont été décrites plus haut. J’ai envoyé des photos à mon épouse qui travaille en hôpital. Celle-ci, alarmée, a montré les photos à ses amis urgentistes, chirurgiens et autres médecins. Elle me demanda de rentrer d’urgence.

Entretemps, j’avais obtenu un rendez-vous pour le jeudi 5 octobre dans un centre médical. Elle m’affirma qu’elle serait présente. Je ne cesse de l’en remercier depuis. Le médecin nous reçut et affirma que j’étais victime d’une phlébite. Ma jambe était chaude, suintait de partout, et je souffrais en permanence. Devant les forts doutes et le constat fait sur photos par des urgentistes de l’hôpital, ma femme proposa un éventuel diagnostic contraire. Elle fut traitée de scientifique de l’Internet. Lui, le vrai docteur savait. Qu’elle se taise, ou qu’à jamais elle s’efface ! Il me promulgua de l’aspirine 500 et de l’ibuprofène 400 ainsi qu’un médicament pour aller uriner. Tout cela pour 25€. Point de doutes pour ce « médecin de campagne ». Il avait la science pour lui. Pas question de me donner des antibiotiques.

Mon épouse décida de m’emmener immédiatement aux urgences de son hôpital et refit donc 200 km en sens inverse. C’est grâce à cette décision rapide que j’ai pu être soigné pour un Purpura Erysipèle.

Le début est brutal, marqué par une hyperthermie élevée (39° à 40°C), apparition de frissons, qui souvent précède de quelque heures, l’apparition du placard cutané inflammatoire. Ce placard est une plaque érythémateuse, œdémateuse, circonscrite et hyperalgique à la palpation. (…) Une porte d’entrée est identifiable cliniquement dans 60% des cas : intertrigo interdigitoplantaire, piqûre, traumatisme avec effraction cutanée passée inaperçue, ulcère de jambe. (Source)

Cette maladie, qui touche essentiellement les membres inférieurs, est sans doute favorisée par l’insuffisance veineuse. Ce qui est mon cas suite à des varices opérées en 2016.

Un traitement antibiotique suivi scrupuleusement vient à bout de la contagion de l’érysipèle. Il doit être entrepris très rapidement car des complications peuvent parfois survenir. Des anti-inflammatoires ne peuvent pas être proposés (Aspirine nda).

Tout cela pour dire que je ne décolère pas face au désert médical créé par les médecins environnants de cette ville du Perche. Des médecins qui, semble-t-il, n’ont pas seulement le serment d’Hippocrate en tête. Je suis ulcéré par l’incompétence manifeste, l’ignorance crasse de ce médecin venu de la péninsule ibérique et officiant dans ce centre médical. De son refus de prendre en compte l’ensemble des faits.

J’ai encore en tête les expressions effarées de ceux qui me prirent en charge et qui, tout en ne disant rien, me firent savoir tout ce qu’ils pensaient par quelques grimaces. Ils me firent savoir indirectement qu’heureusement je n’avais pas pris d’aspirine et autre Ibuprofène. Les risques auraient pu aller jusqu’à y perdre ma jambe. En moins d’une semaine.

Je songe à ces politiciens qui viennent se faire soigner dans les hôpitaux chics et privés de Paris tout en vantant les hôpitaux publics qu’ils ne fréquentent pas. Je songe à cette caste qui a les moyens et les relations d’éviter les attentes, les rendez-vous impossibles, les engorgements aux urgences et les déserts médicaux, et qui viennent, comme tous ces bobos du show-biz à la Omar Sy et autre Dany Boon, nous donner des leçons de morale tout en se faisant soigner sous des pseudonymes, dans des hôpitaux de luxe.

Ce désert médical, organisé involontairement j’espère, se traduit sans doute par des malades ignorés, des douleurs balayées d’un revers de main, par la soumission des patients bien seuls, face aux dits savants ! Molière n’est pas si loin finalement. Oui, en France, il y a une médecine à deux vitesses.

Aujourd’hui, alors que je vais mieux, que je suis si heureux de me retrouver parmi vous, d’imaginer un avenir alors que je commençais à en douter, je songe à ces patients qui n’ont pas eu ma chance. Celle d’avoir une femme de décision, de caractère, une femme de relations médicales, une femme qui tient à son homme.

Elle ne lit jamais ce que j’écris, à chacun sa passion. C’est pourquoi, sans gêne aucune, je la remercie encore, elle et son entourage d’urgentistes, de dermatos et de médecins. Du plus profond de mon cœur.

Je remercie mes amis de la Rédaction de Riposte Laïque qui m’ont envoyé leurs amitiés et m’ont soutenu dans cette épreuve. Merci à tous et à vous chers lecteurs de votre attention.

Quant à celui de ce désert médical, je ne lui ferai pas de pub dans les jours qui viennent.

Gérard Brazon (Libre expression)

40 Commentaires

  1. Le médecin qui vous a examiné doit être sanctionné . C’est une faute médicale grave .ce. il aurait pu le confendre avec la dermo-hypodermite à streptocoque ou à hémophilus, mais pas avec la phlébite ! Qui a presque rien avec voir avec l’erysipéle mis à part l’oedème ! . Si il exerce dans un hôpital il risque d’être sanctionné pour avoir prescrit L’anti inflammatoire ibuprofene , pour l’aspirine le rôle anti inflammatoir est petit il est principalement anti agrégants plaquettaire , mais ibuprofene est un anti informmatoire majeur qui va agraver l’infection en empêchant le rôle immunitaire. Ibuprofene est à éviter du moment où on ignore l’origine de la fièvre alors que dans votre cas le tableau infectieux était flagrant ! ( fièvre de 40 !!!!! , rougeur ,douleur , vésicules …..)

    • Et je dirais encore plus diagnostic évident en une seconde a 5 mètres de distance pour un vrai médecin quasiment la seule hypothèse
      Vous avez été face a un niveau ultramediocre.
      Étant médecin hospitalier j’aurais des anecdotes par centaines !
      Et c’est mon lot quotidien
      Travailler avec des mauvais
      Ne pas comprendre ce qu’ils disent et ce qu’ils
      Font

    • Ne pas exagérer avec les anti-inflammatoires qui ont toute leur place à condition évidement de maitriser la cause du mal, l’infection en l’occurence.L’erreur est surprenante, malgré les doutes exprimés par la conjointe du patient?! Il serait urgent de le notifier au praticien, ne serait-ce que pour éviter les mêmes dommages voir pire pour un patient ultérieur.

    • Vous rêvez ! C’est comme les magistrats de la justice, avez-vous déjà vu un médecin sanctionné par son ordre ? A moins d’une couverture médiatique conséquente, il ne risque absolument rien.

  2. Cher Gérard,en tant que médecin,je n’en peux plus moi non plus des déserts médicaux car il y a un moment dans chaque journée de chaque jour où on a envie de penser à
    autre chose que la maladie et la mort.Ca s’appelle le repos et on en a besoin comme tout le monde.Tout ce « bordel » actuel est dû à l’INCOMPETENCE de nos dirigeants,actuels et passés, qui ont pensé,pensent et penseront encore que moins il y a de médecins, moins il y aura de dépenses.Prochainement touchée par l’avancée du désert, je ne rêve que de me carapater pour survivre.Stop à la stigmatisation des médecins encore sur le pont.Ne te trompe pas de cible.Par ailleurs,on bloque les étudiants français par le numerus clausus pour importer des médecins étrangers.Cherchez l’erreur.Bon rétablissement, tu nous manquerais trop 😉

    • le grand remplacement touche en effet également les médecins.
      pour ce qui est de la politique de la pénurie pour moins dépenser, il semble bien que les politiques ne soient pas du tout constant dans leurs décisions ( qui en doute ? ) en effet, dans les années 80, ils ont essayé la pléthore compétitive pour peser à la baisse sur les honoraires … mais bon c’était avant la manne de médecins détachés de très très basse qualité qui envahissent les urgences des hôpitaux ( travaillent mal, mais pour trois fois rien ) . des services d’urgence cela gagnera très vite les cabinets de toute la France.
      Des Chances pour la France on vous dit ! dans tous les domaines …
      L’Europe va rejoindre le niveau de vie du tiers monde … dans pas longtemps et dans tous les domaines , sauf pour certains

  3. tout ça est organisé, planifié, pour faire crever les français de souche et les remplacer ! combien de médecins étrangers dans nos hôpitaux ? Ils pullulent ! normal, ça ? la France était au top en médecine, maintenant, elle devient un pays d’Afrique…Je suis heureuse que vous alliez mieux, cher monsieur Brazon, je vous envoie toute mon amitié et je fais suivre votre témoignage .

  4. ou: les bienfaits du numerus clausus. Faisons mieux. Attribuons les diplômes en médecine par tirage au sort. Pourquoi pas? on en est passés à deux doigts avec le bac!

  5. Une pensée pour tous ces jeunes médecins de chez nous qui , sitôt diplômés , se hâtent d’aller soigner d’autres gens que ceux qui ont financé leurs études . Aimer les êtres humains c’est bien , ne pas délaisser sa famille c’est bien aussi .

  6. Belgique : années 60-70 = meilleurs hôpitaux (et écoles) du monde Années 2000 : mon père se casse le fémur, on lui met une broche, la plaie suppure jusqu’à sa mort à cause d’une bactérie nosocomiale
    Il est hospitalisé dans un « hôpital académique » aucun personnel soignant ne parle une des 5 langues que je comprends Une cousine hospitalisée pour une appendicite a failli perdre une jambe à cause d’une bactérie nosocomiale Une cousine a dû slalomer entre biologie, chimie, pharmacie etc avant d’arriver en fac de médecine à cause du numerus clausus occupé par les candidats provenant de Hollande, Allemagne, France etc…

    • Du vécu par un ami, collègue de travail, en 2010. Rage de dents, le WE évidemment, appel à la dentiste de garde pour au moins avoir quelque chose pour calmer la douleur.
      Allo, j’ai une rage de dent pourrais-je passer pour avoir une ordonnance ?
      Réponse de la dentiste : Vous êtes client chez nous ? (remarquez bien « client » et non patient).
      Le collègue : Heu…non. (Et pour cause, il rentrait tout juste d’un séjour de 2 ans à Dakar, il n’avait donc ni médecin référent, ni dentiste, ni pharmacien, etc.).
      Réponse de la dentiste : Ha ben, allez aux urgences de l’hôpital alors. Au revoir.
      Voilà le professionnalisme médical du 21ème siècle que nous ont pondu les dirigeants.

    • Idem, en Languedoc, Montpellier, j’ai eu pour une chirurgie anodine près du sein, un début de scepticémie sein (violent, ré-hospitalisation) qui m’a sécouée, démolie; puis 15 jours après une takkya par un tunisien sans papiers, papiers délivrés en Italie. traumatisme 5 mois. je plains les accidentés de la route. Les maghrébins sont partout dans le médical, cancer, clinique dentaire, les français sous-fifre, dans des voies de garage,etc; Et la smala en bas pour se faire soigner aussi chez les meilleurs spécialistes., Il n’y a plus de France. Quand cela va -t-il se terminer?!!!

  7. Bon rétablissement,prenez soin de votre santé !
    La France a besoin de patriotes comme vous,face aux collabos qui ont décidés d’abattre les français de souche par tous les moyens !

  8. rassurez-vous on vous envoie des médecins roumains et africains et … des infirmières qui jouent au docteur légalement après un petit surplus de formation éclair comme en Angleterre ou aux USA

    ça coute bien moins cher et votre jambe , ben les potitiques s’en foutent !
    seul les dictats de l’europe les occupent …

  9. Le RSI nous prend 50% de nos revenus pour les cotisations sociales ! Le meilleur système de santé du monde qu’on vous dit !

  10. Heureux de vous lire Gérard, cher Compatriote ! bon rétablissement et bravo à Madame qui a été perspicace.

  11. Cette médecine à deux vitesses est le résultat de 45 années de trahison de nos gouvernants !!! Ce sont eux qui ont mis en place les déserts médicaux et maintenant ils ne voient que par les médecins rapportés de pays exotiques n’ ayant aucune connaissances sérieuses !!!!
    Bon rétablissement Mr Gérard Brazon !

  12. Chez moi, il n’y a même plus de médecins de gardes (j’ai pourtant dénombré 14 généralistes sans compter les spécialistes dans ma commune de 6000 habitants, car ville thermale), il faut faire le 36 99 pour tomber sur une plate-forme « régionale » qui vous fait un interrogatoire en règle sur le pourquoi, le comment du bobo, etc. Bref, vous avez le temps de crever, enfin…c’est peut-être le but. Toujours ça de retraite en moins à payer.

  13. sacré numérus clausus ..
    l’hopital de Cayenne regorge de médecins africains, nordafricains et malgaches; pendant ce temps les médecins manquent cruellement dans leurs pays

  14. Les Médecins deviennent des petits nobles, ils ne veulent pas aller à la campagne car leurs dindes de compagne ou d’épouse, n’ont pas leurs magasins fétiches pour amincir leurs portefeuille, une seule méthode, que l’état paye les études de médecines intégralement les loges dans une cité universitaire, avec interdiction de travailler hors campus, dans les mac do ….etc… Et à l’issu de leurs réussites a leurs examens, ils seraient mutés dans un département sinistré dans un village pour 5 ans, après ils pourrait aller ailleurs comme il voudrais, car remplacer par un jeune médecin sorti de la faculté.
    Mais pour les déserts médicaux ils faut encore dire merci à ces C… de Pompidou,Giscard et Mitterrand,qui ont tout fait pour freiner le nombres d’élèves dans les facultés.

  15. Et certains (sans doute les mêmes qui se font soigner dans des lieux de luxe) osent prétendre : « nous avons le meilleur système de santé au monde »…et malheureusement toute l’Europe est sur la même pente, un exemple mon voisin se fait opéré du cœur (pontage 45 ans) après que sont chirurgien qui lui a dit que son cas était urgent soit …parti en vacances et revenu.
    Il est opéré, ça va, jusque’à ce que la « maladie nosocomiale » se déclenche : malade, coma, mort, choc pour le ranimer et …8 semaines plus tard il semble s’en être tiré après avoir perdu 15 kgs…et c’était en Allemagne.

    • tout à fait la médecine à deux vitesses est dores et déjà présente et va s’amplifier … vous n’avez pas idée à quel point ! la garde des certains hôpitaux ne valent guère plus que des hôpitaux de brousse … en tout cas pour ce qui est du nombre de neurones qu’on y emploie … le matériel ça va encore pour le moment ! ( histoire de gros sous )

  16. et oui cher Gérard avec la « socia-lie » on y perd son âme, son cerveau, un bras et maintenant une jambe…

  17. Ravi de lire votre excellent article je formule pour vous mes vœux de complet rétablissement. Le problème des déserts médicaux serait bien trop long et complexe pour se lancer ici dans une telle tribune, mais une chose est certaine ce sont nos gouvernants y compris et surtout députés et sénateurs qui sont responsable de cette catastrophe, ajoutez y un changement total des mentalités depuis l’année horribilis de 68 et vous aurez les bases de ce qui ne va cesser de s’aggraver . «  la médecine est un trop beau métier pour l’époque actuelle ».. les hommes en blancs André Soubiran
    Il y a pourtant des solutions simples peu coûteuses mais qui demandent beaucoup de determination et de courage,je puis vous assurer que pour l’instant pas un seul homme politique digne ne prendra ces dispositions.

  18. Dans mon petit village en Limousin, ma commune a dépenser 10 000 euro via un cabinet pour recruter un nouveau médecin, l’ancien partant en retraite. Ils nous en trouver une Marocaine…

  19. Heureuse de vous relire et de vous savoir en voie de guerison
    surtout prenez soin de vous . Bon retablissement mr Brazon

  20. Je suis venu passer ma retraite en Espagne dans une petite commune d’environ 7 000 habitants. Lorsque nous nous sommes inscrits à la Sécurité Sociale espagnole, on nous a dit que notre centre de santé ( qui gère également les urgences) se trouvait au centre ville de notre commune. Il y a plusieurs médecins, des intirmiers(ères) et juste à coté une pharmacie ouverte 24 h sur 24 , 365 jours par an.
    On obtient un rdv en 2 jours et on ne paie rien.
    Il y a aussi des centres de santé dans de plus petites communes.
    Pourquoi est ce possible en Espagne et pas en France ?

  21. L’autre jour à la télé on nous a vanté l’hyper qualité de notre médecine (cocorico!). Riches (et moins riches) étrangers se précipiteraient vers nos hôpitaux (avec la complicité intéressée de quelques « officines » qui s’engraissent au passage…). Et bizarrement, pour ces gens-là il n’y a pas de désert…

  22. Au delà de votre cas personnel, le « désert médical » est habité par qq chameaux (ces toubibs injoignables, débordés, prenant leur week end).
    Quelques oasis, les hôpitaux remplis d’arabes…
    Formation des toubibs par l’Etat, qui refusent un service local en contrepartie.
    La France devient le Sahara !

  23. Je vous souhaite un prompt rétablissement.
    Et dire que ces incapables veulent encore plus de medecins venus d’afrique…

    • ils veulent notre mort, déja qu’on paye et qu’on reste chez nous et qu’on la ferme
      voilà ce qu’ils veulent
      tout ça est voulus par nos élites prendre toute l’immigration nauséabonde de le terre
      et nous en faire payer le prix.
      2 solutions ;soit rester et souffrir ou partit mais ou?

  24. Oui, l’érysipèle arrive très vite, et vous avez encore eu de la chance d’être soigné, de nos jours ce genre de problèmes va se multiplier.

  25. Toute cette histoire de « déserts médicaux » est un écran de fumée communiste de makroute le serpent venimeux pour masquer l’avancée du concept de dispensaire « hallal » ou l’on vous forcera a être traités par des médecins d’origines douteuses (médicalement parlant / diplômes douteux venus d’ailleurs) si l’on se comprend bien ! c’est ni plus ni moins une manœuvre pour vous enfoncer dans la gorge a coup de marteau a coup de faucille , un plat trop épicé dont vous ne voulez pas ! donc abordons le problème sous l’angle « médecins franco français d’abord » car comment ferez vous lorsque vous aurez été mis devant le fait accompli d’être obligés et contraints d’accepter des dispensaires rouleaux compresseurs allogenes dopés aux finances publiques sans quoi vous ne serez pas remboursés ?

  26. Mais ou donc les gens ont-ils bien pu voir que les études médicales étaient payées par l’état et que donc les médecins seraient redevables d’un quelconque service après leur diplôme?
    Comme tous les étudiants, les médecins financent leurs études par un boulot annexe ou par le sacrifice de parents bienveillants,
    Longues études avec à l’issu un exercice sous diktat de la sécurité sociale ou il n’est plus question que dans les rêves de « profession libérale » et ou tout le monde voudrait continuer à voir perdurer les 70 heures par semaine, les gardes le week end et si possible pas de vacances car on ne trouve plus de remplaçant. Mais lorsque autrefois le médecin et sa famille « faisaient avec une telle…sinécure », les lots de consolation étaient liberté, respectabilité, aisance financière!

  27. J’ai oublié d’ajouter que manifestement le médecin consulté a fait une erreur diagnostique, l’erysipèle paraissant évident sur la photo présentée.
    Mais voilà les Gaulois, pour toutes les raisons que j’ai évoqué et sans doute bien d’autres, ne sont plus attirés par cette profession et soyez sûr qu’il ne s’agit pas seulement de numerus clausus comme on nous en rebat les oreilles.
    Comme les éboueurs, les médecins ne seront plus qu’étrangers!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*