Facebook, Instagram, Twitter, et autres GAFA : assassins des libertés Par Gérard Brazon

Celui contre qui le crime liberticide des GAFA est commis

Les abonnés de Twitter et Facebook ont désormais la preuve que seul  l’argent peut faire plier les GAFA.

Après le blocage des pages de Donald Trump, Twitter et Facebook ont perdu en bourse un total 51,2 milliards de dollars sur le marché boursier. Cela a été constaté lors des échanges au début de la semaine, nous informe Business Insider.

La bourse ne fait pas de sentiment. La bourse n’est pas de gauche, indigéniste, décoloniale, et autres Démocrates tordus. Elle se moque bien des discours universitaires des gauchistes. Elle se contente de souligner que ces donneurs de leçons se retrouvent face à une fuite de leurs abonnés qui n’ont pas apprécié les censures politiciennes commises par les patrons des GAFA.

La règle est simple, les clients s’en vont, les valeurs s’effondrent. Nous avons sous nos yeux la preuve que, finalement, ce sont les abonnés qui, en votant avec leurs désabonnements, ont démontré qu’ils avaient le pouvoir.

Facebook et Instagram de Mark Zuckerberg ont réintégré les pages de Donald Trump.

WhatsApp recule sur la date de mise à disposition à Facebook de ses éléments d’informations de ses abonnés. (Source) En effet, ceux-ci s’en vont chez Signal vanté par le milliardaire Elon Musk.

Twitter de Jack Dorsey : malgré sa chute en bourse, il persiste et signe officiellement. Jusqu’au moment où la valeur de ses actions finira par inquiéter les actionnaires qui ne souhaitent sûrement pas boire la tasse. (Source)

Sur Capital un chroniqueur observait que Twitter s’affichait en repli de 8% et Facebook de 2% ce lundi 11 janvier au matin.

Doit-on être rassuré et perdurer en restant sur ces plateformes qui trouvent normal de supprimer les comptes de Donald Trump  ? Mais autorisent ceux de l’Ayatollah Kameini qui appellent régulièrement à la destruction d’Israël et de ses habitants, et vomit tout ce qui n’est pas musulman ?  Ou celui d’Erdogan, faiseur de guerres tous azimuts ?

Pour ces plateformes, c’est le discours de Donald Trump devant la Maison Blanche qui choque ces belles âmes bien-pensantes. Mais pour Khameini ou Erdogan, malgré leurs centaines d’appels aux meurtres et condamnations, cela n’a aucune importance.

Toujours cette vision d’un monde aux deux poids, deux mesures. Selon que vous soyez chrétiens, juifs ou musulmans, les jugements des GAFA vous désabonneront à la moindre opinion.

Nous sommes désespérés de ces gauchistes milliardaires qui, accompagnés des idiots utiles, de leurs zombies, de ces incultes, si ce n’est débiles, qui trouvent amusant de dévoiler les photos de leurs familles, de leurs occupations intimes et même de photographier leurs plats. Ces captifs publicitaires suivent aveuglément ces étrons milliardaires qui vivent dans des palaces tout en vendant les informations collectées. (Source)

La Bourse au secours de la liberté d’expression

Autant j’approuve les abonnés qui utilisent ces plateformes pour diffuser un message politique et participer ainsi à la liberté d’expression, autant j’exècre ces zombies.

Si ces plateformes censurent, alors il faut les condamner. La bourse, capitaliste par essence, nous démontre qu’in fine seul le fric est véritablement le maître du jeu, donc finalement un suppléant inattendu de la liberté d’expression.

Les moyens de quitter ces entreprises prêtes à vous censurer.

https://www.presse-citron.net/quelle-application-choisir-pour-remplacer-whatsapp-et-facebook-messenger/amp/

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*