Dictature sanitaire où l’insulte faite aux Français, à leur intelligence, à la démocratie.

La démocratie, avons-nous appris, est le meilleur moyen de représentation du peuple, le pire système disait Churchill, mais le plus efficace pour que le peuple puisse s’exprimer.

Dans certains pays, cette démocratie s’exprime à travers des élections régulières et aussi par des référendums en fonction de règles qui autorisent le peuple à s’exprimer sur des sujets sociétaux y compris quand les représentants ne le souhaitent pas. La Suisse en est une excellente illustration.

Les USA sont en train de démontrer que leur démocratie est totalement pourrie à travers ces dernières élections qui utilisent le vote par correspondance où celui-ci peut être manipulé. Des bureaux de vote partout, y compris dans des sex-shops. Pas de pièces d’identité nécessaires.

Joe Biden sera un élu de la fraude, et les médias en sont conscients. Les soi-disant démocrates s’appuient sur les racistes anti-Blancs, les transgenres, les indigénistes, les socialistes transportés par la haine de Trump, et se moquent bien du peuple. La plus grande démocratie du monde, comme ils disent, est un foutoir sans nom.

En France, nous avons les mêmes dans un genre différent puisqu’un Sarkozy en 2008 s’est moqué de la voix du peuple qui refusait majoritairement la Constitution européenne en 2005. Il profita d’un vote au Congrès (Sénat et Assemblée réunis à Versailles) pour nous imposer le traité de Lisbonne qui reprenait la Constitution européenne. Il en profita pour retirer l’obligation d’un référendum pour toute nouvelle candidature dans l’Union européenne (Turquie), et imposa une farce démocratique de référendum populaire impossible à réaliser du fait des conditions nécessaires (pétition de 4 millions d’électeurs inscrits, approbation d’un quota de députés, et validation par les membres du Conseil constitutionnel).

La démocratie à la française. Le n° 34 est un étudiant de l’ENA

Ce qui n’empêche pas cette France de donner des leçons de démocratie.

Nous savons comment Emmanuel Macron, enfant du sérail de la finance et du monde des affaires est parvenu au pouvoir. Collusion avec les magnats de la presse, financement trouble, intervention de la justice contre Fillon, ou un autre, si le cas s’était présenté, et victoire finale sur une femme qui n’avait aucune chance d’être élue.

Comment vous imposer une politique définie par d’autres à l’avance.

Nous donnons des leçons de démocratie à la Russie dont le peuple, qui a beaucoup souffert sous Staline et le communisme en général, fait confiance en grande majorité à Vladimir Poutine qui a redonné confiance à ce grand peuple à l’histoire également millénaire, comme le nôtre. Un pays avec lequel nous devrions trouver des accords et rester fidèle à la pensée gaullienne au lieu de nous évaporer dans une Union européenne dévastatrice de souverainetés.

Nous donnons des leçons de démocratie à la Chine qui s’en moque bien. Elle va devenir, d’ici peu, la première puissance économique et militaire. Les Chinois sont des gens patients et finissent par obtenir ce qu’ils veulent, c’est-à-dire une totale suprématie en Asie dans un premiers temps, et sans doute en Afrique par la suite.

Nous donnons des leçons de démocratie à l’Iran qui pense que la démocratie, c’est-à-dire le pouvoir au peuple, est une hérésie, car l’islam (chiite et sunnite) est la volonté d’un dieu qui s’estime tout-puissant et n’est pas partageur. Essayez de trouver un pays musulman véritablement démocratique, c’est impossible. Ce pays partage avec la Chine et d’autres comme l’Irak, l’Arabie saoudite, des records d’exécutions capitales en public. La France et l’Union européenne sont les complices de ces meurtriers religieux en ne disant rien, voire en les soutenant.

La France donne des leçons de démocratie à la Turquie d’Erdogan qui pourtant se fiche ouvertement et en public du pathétique Président Emmanuel Macron sur toutes les ondes, et qui provoque les Européens en Afrique, en mer Égée, sans que ceux-ci n’osent dire un mot. Comment ne pas penser à ces successeurs bruxellois de Chamberlain et Daladier qui pullulent comme des larves dans cette Union européenne ?

La seule chose qui devrait être faite est de l’arrêter avant que tout dégénère en mettant un coup d’arrêt, brutal s’il le faut, à ses actions belliqueuses. Mais l’Allemagne préfère vendre la corde pour être pendue. Elle vend même à la Turquie des sous-marins dont on sait bien à quoi ils vont servir. (Source)

Sous-marins allemands contre les Grecs ou la France ?

La France donne des leçons à la Syrie de Bachar Al-Assad comme elle a donné des leçons de démocratie à la Libye en détruisant un État qui pourtant nous servait de rempart contre l’invasion migratoire. Au point où l’on peut se demander si Nicolas Sarkozy – encore lui – ne poursuivait pas ce but finalement : servir cette invasion, faciliter l’immigration qui fera des Français un peuple minoritaire, malléable et corvéable, aux salaires diminués par cette concurrence immigrationniste.

Penser, comme le disent les militants de la droite classique et leurs élus, qu’ils aimeraient que cet homme revienne au pouvoir est franchement désespérant, suicidaire.

Et si la France commençait par examiner SA démocratie ? Si l’on revenait sur les racines de la Ve République, celle de 1962 bien sûr, avec le référendum comme pivot essentiel, en y ajoutant dans des conditions plus simples, à la manière suisse, une possibilité de déclencher un référendum sans passer par les filtres parlementaires et celui du Conseil constitutionnel ? La voix du peuple de France est supérieure à tous traités, toutes lois et s’impose de facto à tous.

Donald Trump va se battre sur le plan judiciaire ; il peut le faire, la fraude est patente. (source)  Il a nommé plus de 200 juges fédéraux. Il a une majorité à la Cour suprême, une majorité au Sénat. Il y a de l’espoir pour que son travail puisse se perpétuer. Mais nous, en France, avec des médias corrompus, gauchisés, immigrationnistes, des finances internationales, des multinationales, des entreprises mondialisées ou la valeur France ne vaut pas plus qu’une roupie, qu’allons-nous devenir ?

Un peuple de France masqué, enfermé, terrorisé par un virus qui fait bien moins de morts que ce que le croque-mort Salomon nous annonce, puisque que des témoignages de plus en plus nombreux nous disent que des morts de cancers et autres ont été comptabilisés morts du Covid.

Nombre de morts  en France en 2017, 2018, 2019 et 2020. Chiffres Insee.

Il y a moins d’une cinquantaine de morts ayant moins de trente ans et en réponse, on masque des enfants de six ans, et la dictature sanitaire souhaite masquer les familles chez elles, dans leurs lits, et les enfants de deux ans. Dans le même temps, l’invasion migratoire continue.

Nous pouvons entendre des émissions comme sur Sud-Radio ou CNews, des vérités qui semblent ne pas être entendues. Nous entendons aussi des appels à l’homme providentiel.

Chacun souhaite le retour d’un Napoléon Bonaparte, d’un Clemenceau, d’un Charles de Gaulle. Chacun souffre en silence et se demande ce qu’il doit faire face à la foule de zombies circulant dans les rues des grandes villes et dans les magasins que des médias bien-pensants, honte à eux, considèrent comme disciplinés alors même qu’ils sont surtout terrorisés et matraqués par des amendes représentant 10 % du SMIC. Qui ne serait pas prudent à ce tarif ignoble ?

Comment agir, faire savoir son opposition ? C’est simple, dans un premier temps : il suffit de refuser cette dictature en le disant ouvertement, en utilisant votre masque comme messager, comme étendard. En faisant comme les Gilets jaunes, les vrais, pas les gauchisés violents, en le mettant sur le devant de votre pare-brise.

Ce message doit être porté par tous ceux qui comprennent l’enjeu et sans enfreindre non pas la loi, mais les décrets iniques. De fait, ils établiront le contact, renoueront des liens, se rencontreront sur les parkings, où chez eux, et réfléchiront aux moyens de contester cette dictature sanitaire qui s’installe grâce à la peur et au silence. Il y a des actions judiciaires en ce moment. Rejoignons ces actions. Faisons qu’un jour proche, ces dirigeants se retrouvent dans un tribunal et soient condamnés.

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*