Des universitaires ouvrent enfin les yeux sur l’islamisme et ses ravages

Des universitaires se réveillent enfin. Après des décennies de silence, d’endormissement, de gêne due à l’idéologie, face aux réalités actuelles, des hommes de sciences et de réflexion se demandent s’il n’y aurait pas un lien entre islamisme et terrorisme, si dans les banlieues de certaines villes de France, il n’y aurait pas une entité qui utiliserait la jeunesse issue de l’immigration !

Mais prudence… Ces universitaires ne vont pas jusqu’à faire un lien entre islamisme et islam. Il ne faudrait pas exagérer ! Pourtant sur RCF, le tabou religieux est tombé : le rôle de la mobilisation religieuse dans la radicalisation d’un certain nombre de jeunes Français n’est plus nié. Alors que trop longtemps, on a cherché les explications à l’islamisme ailleurs : on invoquait la pauvreté, le chômage, la crise identitaire, l’humiliation des anciens colonisés. Tout était bon, tant il semblait impossible, pour nombre d’esprits bien constitués en France, d’envisager que la religion puisse ainsi devenir le moteur d’une action collective.

Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir pu entendre des intellectuels comme Ferhat Mehnni dire tout le mal qu’il pensait de l’islamisme et de son corollaire l’islam !
L’islam, c’est l’islamisme au repos. L’islamisme, c’est l’islam en mouvement. C’est une seule et même affaire.

Affirmer aujourd’hui que le terrorisme islamique n’a rien à voir avec l’islam est non seulement une sottise d’islamo-collabos, mais un vrai déni de crimes commis par les adorateurs d’Allah ! 

Si l’islamisme se définit bien par l’islam, cette religion totalitaire, celle-ci se définit bien par un livre qui s’appelle le Coran,  et qui n’a rien à voir avec « Nos amis les bêtes » !

Les universitaires, marqués par la laïcité française, ont longtemps renâclé à étudier le phénomène religieux en lui-même, avec la crainte d’une stigmatisation de l’islam. On pouvait tuer, faire des attentats, mais surtout, il ne fallait pas désigner la source ultime de ces attentats, les raisons pour lesquelles ils étaient commis ! 

La tuerie de Charlie Hebdo et celle de l’Hyper Cacher en 2015 ont permis une prise de conscience, avec l’investissement de nombreux étudiants chercheurs, arabisant et dotés de solides connaissances sur le Coran, dans les quartiers français.

On a envie de dire que ces universitaires auraient sans doute fait de même avec les nazis et auraient attendu la découverte des camps nazis pour accepter les faits !

Qu’ont-ils trouvé, ces « chercheurs si peu curieux jusque là ? Ils dessinent ainsi une inquiétante géographie de l’islamisme, à partir de ce qu’ils appellent des « entrepreneurs religieux », qui font un travail d’endoctrinement spirituel sur le territoire, favorisant des « écosystèmes islamistes », dont sont sortis la plupart des terroristes.

Navrant ce politiquement correct qui interdit à ces universitaires de prononcer les noms des « entrepreneurs religieux » ! La trouille, les subventions, les craintes de se faire remarquer en disant que ce sont les salafistes, les Frères musulmans, les pays comme l’Arabie saoudite et le Qatar qui financent ces « entrepreneurs religieux » !

Que dire de « l’écosystème islamiste » si ce n’est le halal, les obligations religieuses, les interdits, la mise en place d’un remplacement juridique par un autre, les mariages religieux, la charia en catimini, etc.

Ces universitaires empruntent au langage économique des expressions comme entrepreneurs et écosystème pour éviter de dire la réalité des faits sur environ 150 zones de non-droit en France ! Des territoires hors République où règne l’islam qui gère une partie de la société, en tire des profits et sert de couverture aux trafics des caïds ! En effet, pour ces islamistes et truands, il y a du fric à se faire !

Dans le registre du déni, il n’y a pas que les universitaires qui ont mis du temps. Côté catholique, ce fut un peu la même chose pour analyser l’islamisme. Il est difficile, pour un croyant, d’accepter l’idée que le radicalisme religieux puisse être néfaste. Il semble bien qu’il y a longtemps que l’Église et les catholiques n’ont pas étudié l’historique chrétien !

Il faudra combien de prêtres égorgés, d’attentats, pour que l’Église catholique réalise le danger ! Avec le pape que cette Église se trimballe, je crains fort que ce ne soit pas demain la veille !

Quel est le constat ? Il laisse tous les islamophobes bouche ouverte et stupéfaits devant la conclusion : Les catholiques engagés dans le dialogue avec les musulmans se sont parfois retranchés dans un « cela n’a rien à voir avec l’islam ». Il est au contraire nécessaire de dire que « cela » a à voir avec l’islam. Et que c’est précisément la raison pour laquelle l’islam est en danger. Incroyable chute ! 

Comme si le danger encouru par cet islam mortifère était important pour nous, les patriotes, les résistants à l’islamisation, pour les chrétiens, pour la France et les Français ! Il peut crever cet islam, je ne le pleurerai pas.  

Gérard Brazon

*********************

14 Commentaires

  1. Quelle bande de putes ces chercheurs de subventions et trouveurs de rien du tout !
    Ça fout les ch’tons de voir que ces pourritures « enseignent », y sont totalement cinglés et totalement traîtres.

    Vraiment je sais pas comment y peuvent se supporter…

  2. Trois vérités qui vont ramener la paix (entre nous) :

    – aux catholiques :  » Sont de l’Antéchrist tous ceux qui nient que le Christ est Dieu fait homme » (jean 2 22) . L’islam qui le nie est donc ennemi du Christ et votre ennemi.

    – aux républicains : l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme n’autorise QUE les religions qui ne troublent pas l’ordre public et interdit les autres. Pourquoi n’interdisez-vous pas l’islam ?

    – aux mondialistes, ennemis des catholiques et de la France : ce qui caractérise une religion, c’est le miracle. Demandez à un musulman combien son idéologie a produit de miracles ? Aucun ! L’islam n’est donc pas une religion.:

    • Bravo M. Desvignes.
      Et j’ajoute pour les Chrétiens obtus qui continuent de croire qu’ils prient le même Dieu que les musulmans, que Jésus fils de Dieu, le Père Éternel (cf le Crédo) n’a jamais dit qu’il enverrait un autre messager, il a dit que Lui, reviendrait, par contre Il a mis en garde contre les faux prophètes !
      Mahomet est un mystificateur de la pire espèce !

    • quant au dernier point : objection ! :
      Mahomet et son voyage (aérien) nocturne jusqu’à Jérusalem, sur le dos de Pégase Bouraq.

      • @Peplum ; ce n’est pas un miracle mais un prodige (ou une fable).

        Le miracle c’est un évènement merveilleux, au dessus des forces humaines ou naturelles, commis par A, avec la grâce de Dieu, sur la demande de B, au profit de B ou de n’importe qui, sauf de A; dont au moins deux personnes furent témoins.

        Or, personne ne fut jamais témoin des vantardises de Mahomet qui de sa revendication même ne profitèrent qu’à lui.

        Allah est le sobriquet de Satan
        Mahomet est son prophète
        Tous les musulmans leurs suppôts. .

  3. cela n’a rien à voir avec l’islam
    cela n’a rien à voir avec le communisme
    toujours la même rengaine d’excuses infondées de gens qui sont dans le déni de réalité et n’ont pas pris le temps de lire et d’écouter

  4. Le dialogue avec l’Islam est en train de devenir l’un des axes majeurs de ce Pontificat, tout comme la mobilisation pour défendre les migrants.
    Autant son prédécesseur, Benoit XVI, ne voulait pas se mêler de ces sujets temporels, autant François, lui, revendique cette action concrète.
    par Jean-Marc Four
    Mais quand les chrétiens vont-ils enfin vraiment ouvrir les yeux sur les réalités du monde et venir au secours de leurs frères d’Orient ?

  5. Quand l’Eglise du Pardon rejoint celle de la Collaboration !
    « L’Amour de l’Autre » explique tout.
    Aimer son ennemi comme soi-même ? C’est foutu !
    Que le Cardinal Sarah entre en scène !

  6. Aimer, c’est choisir, choisir c’est préférer, préférer c’est exclure FORCÉMENT ! Si l’on n’a pas compris çà, on a rien compris. Ce qui n’évite pas de tolérer, tant que les éléments externes ne menacent pas. NE MENACENT PAS .
    Il y a bien longtemps que l’on a dépassé les bornes de la tolérance dans notre pays, il est plus que temps de rappeler à l’ordre les fouteurs de bordel. (dont une grande partie siègent au parlement et à la tête de l’état.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*