Charlie : grossière récupération politicienne

Charlie-Hebdo

Je suis totalement atterré par les événements. J’ai beau avoir dit souvent, que nous allions vers une guerre de civilisation, me moquer des médias qui traînent dans la boue dite fasciste, et nauséabonde, les alerteurs, les oies du Capitole, tandis que la jeunesse islamisée des écoles de la république, sous contrôle gauchiste, ne serait que le résultat de pauvres victimes, de simples paumés occasionnels, voire des égarés dans notre société raciste par définition, trop blanche bien sûr, trop judéo chrétienne, trop française, voire franchouillarde au sang vicié par un passé d’esclavagiste et de colonialiste. L’horreur quoi !

Bref, toutes ces choses que nos profs de gauche à la connaissance limitée mais bornée en histoire de façon idéologique,  enseignent à une marmaille sans racine, laissé à l’Africaine dans les rues de leurs cités, sans repère et qui pourtant, se paluche sur la grandeur de l’Algérie. Un jeune algérien de ma connaissance me disait avoir appris à l’école que la France avait colonisé l’Algérie. Il fut surpris d’apprendre que l’Algérie n’existait pas en 1830, ni même avant. Mieux, que c’est la France qui donna ce nom d’Algérie à ces vastes territoires.

Des jeunes africains qui ignorent que l’Afrique dans sa globalité, n’a jamais rien inventé pour favoriser, faciliter la vie de l’humanité à moins de remonter à l’Égypte des Pharaons avec lesquels, les habitants d’aujourd’hui n’ont pas grand-chose à voir.

Le moteur ? Il est surtout d’origine française: le masochisme de cette socia-lie, qui veut que je me sente coupable d’être Français alors même que mes ancêtres avaient la tête dans le cul des bœufs qui tiraient les charrues de leurs maîtres fermiers dans la Sarthe et le Perche. Eux qui n’avaient probablement jamais vu un noir de leur vie, pas même un arabe et l’on voudrait que je me sente coupable pour ces rudes travailleurs de la terre. Allez vous faire foutre messieurs les censeurs.

Toute une équipe d’un journal décimée. Je ne les connaissais pas, ils n’aimaient pas ce que je défends, la nation, la patrie, la France, et ma foi, je ne lisais pas leur prose.

Mais ils avaient l’amour de la liberté d’expression, aimaient rire de tout y compris d’eux-mêmes. C’était des bobos, des cocos branchés, des gauchistes propres sur eux, mais avaient une différence fondamentale avec les bobos de gauche type intellos qui sévissent sur les plateaux de télévision, ils avaient des couilles.

Ils assumaient et faisaient un gros doigt d’honneur à ces ordures de nazislamistes. Et puis, j’ai tellement aimé le bouquin « Le Rital » de François Cavanna sur son père, immigré italien et sa mère du Morvan. Il est mort à 91 ans l’anar Cavanna, lui le quasi père de Charlie-Hebdo. Il n’aura pas vu ses potes baigner dans leur sang mêlé.

Pourtant, je me pose une question ! Qu’elle aurait été l’attitude des médias face à une même tuerie dans le journal « Minute », « Présent », ou « Rivarol » ?

Sans doute, bien moins d’agitation puisque pour le coup, on aurait dit sans doute qu’ils l’avaient bien cherché et que finalement c’étaient des « fascistes ».

« Charlie-Hebdo », journal quasi intimiste, tout comme le « Canard Enchaîné » bien plus lu, sont des journaux qui ont le droit de dire, de se moquer et de rire de tout. Pas les journaux venus de « régions marécageuses de l’extrême droite » ! Pourtant, eux-aussi, à leur manière, défendent la liberté d’expression.

J’ai été bouleversé par le témoignage de Jeannette Bougrab qui a donné une interview forte au sujet de son homme, de l’amour de sa vie qu’était Charb, le patron de Charlie. Et nous avons donc pu enfin, discerner dans ses propos, en filigrane, les responsabilités des politiques, leurs lâchetés, les soumissions diverses des médias qui ont tout fait pour réduire les attaques islamistes en simples actes de « déséquilibrés », de « loups solitaires », de « paumés des cités ». Charlie-hebdo en premier, qui lui aussi, préférait en priorité cracher sur le Front National, sur la droite nationale, les patriotes qu’il vomissait, que sur les véritables responsables, à savoir ceux qui ont permis la montée du nazislamisme qui est désormais devenu bien réel en France.

Depuis plusieurs jours, c’est à longueur d’antenne que nous sommes abreuvés de réponses à des questions que nous ne posons pas. Toutes se veulent rassurantes. L’éteignoir est en marche, pas d’amalgame !

Des journées entières ou l’on nous explique encore que  » l’islam c’est pas ça », que c’est une religion d’amour, de pardon ! On croirait entendre des chrétiens.

Alors quoi, Mahomet dans la peau de Jésus ! C’est un vrai délire. Mahomet qui fit assassiner tant d’hommes et de femmes ne savait pas ce qu’était la compassion, le pardon, l’amour. Lui, l’esclavagiste, le pédophile, le tueur de poète, celui qui a fait égorger toute une tribu à la Mecque et qui n’offrait pas d’autres choix que la conversion, la soumission à Allah ou la mort !

J’ai même pu entendre un musulman nous redire cet extrait d’un verset abrogé la sourate 5 verset 32 qui est ressorti à chaque fois pour affirmer l’islam de paix: « quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. » Le journaliste Eric Brunet de RMC, plus pointu sur la guerre de 14/18 que sur le Coran, ignore clairement la technique de l’enfumage coranique. 

 En réalité: « C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël, que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet, Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu’en dépit de cela, beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre. » 
Les versets suivants sont, on ne peut plus clairs:
La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés de la terre. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment, excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir. Est-cela une religion de paix, d’amour et de tolérance ?

La Sourate 9 verset 29 justifie à lui seul l’attentat contre Charlie-Hebdo. Il ordonne aux musulmans: « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et Son messager ont interdit et qui ne suivent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent l’impôt de la capitation et qu’ils se soumettent et s’humilient. »

Alors mesdames et messieurs les journalistes de France et de Navarre, pourquoi lorsque vous avez des Imams avec vous, des musulmans, vous ne remettez pas les pendules à l’heure ?

Certes, tous les musulmans ne sont pas des terroristes, la plupart ignorent même les écrits du Coran et en sont restés à la tradition familiale, mais… les terroristes trouvent la source de leur folie dans le Coran. C’est eux qui sont les plus proches du sens littéral d’un livre qui ne peut être modifié puisqu’il n’a pas été écrit par un humain mais annoncé par Allah à son prophète.

Le sens essentiel est la mort de ce qui n’est pas l’islam. Charlie-Hebdo aujourd’hui le sait ! La France et espérons nos élites et autres journalistes doivent comprendre comme le dit Jeannette Bougrab:  nous sommes en guerre !

Si nos élites sont incapables de dire que c’est l’islam qui nous déclare la guerre, alors nous l’avons perdue avant même d’avoir commencé à nous battre. Et Houellebecq aura prédit notre avenir.

Gérard Brazon (Le Blog)