Catherine Gasté : une journaliste inculte qui invente des saluts nazis – Par Gérard Brazon

J‘ai vu cette vidéo de Valeurs Actuelles où Clément Gandelin a fait son discours de bienvenue aux manifestants qui étaient présents à Denfert-Rochereau le samedi 20 février.

Formatée jusqu’au trognon, une journaliste au titre pompeux de “grand reporter” au Parisien a vu un salut nazi dans la gestuelle d’un militant qui en fait, scandait des mots d’ordres. C’est la technique de l’arrêt sur image. On peut faire dire n’importe quoi avec une image choisie prise à la volée. Tant pis pour le militant noir qui était aux côtés de Clément qui se retrouve classé nazi de fait.

Cela veut dire qu’il est désormais interdit par ces journalistes gauchistes de lever le bras en l’air. Déjà, le minable Mélenchon avait fait le même raccourci au sujet de la manifestation des indigénistes, gauchistes, racialistes du comité d’Assa Traoré lorsque Thaïs d’Escufon, porte-parole de GI, brandissait un flambeau sur le toit d’un immeuble. La clique Mélenchon-Corbière a recommencé.

Génération Identitaire : L’Observatoire National de l’Extrême Droite et le grand reporter Catherine Gasté inventent un salut nazi (MàJ : Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbière diffusent la fake news)

Ce “grand reporter” a été choquée (pauvre petite) d’entendre ce cri du cœur du “On est chez nous” ! Elle y voit des” relents nauséabonds“, des réminiscences  de “la Bête immonde” et des “heures sombres” et autre fadaises.

Elle ne se pose pas la question de ceux qui sont violentés, violés, massacrés à coups de barre de fer, égorgés par ceux venus de chez eux qui viennent sans autorisation, et nous coûtent “un pognon de dingue“. Il paraît que ce serait un appel à la haine que de le dénoncer. C’est la seule “haine” qui compte pour les gauchistes. Affligeant.

Je vais tenter d’expliquer par un peu d’histoire d’où est venu le symbole du bras tendu.

Ce salut est apparu dans les écoles américaines, lorsque le pasteur baptiste Francis Bellamy a écrit le Serment d’allégeance au drapeau des États-Unis, que devaient réciter les écoliers le 12 octobre 1892 pour fêter le 400e anniversaire de la découverte des Amériques par l’explorateur Christophe Colomb. Afin d’inspirer le patriotisme dès le plus jeune âge, 25 000 drapeaux sont distribués dans les salles de classe, devant lesquels les élèves, bras levé en leur direction, déclarent : « Je jure allégeance à mon drapeau et à la République qu’il représente : une nation indivisible, avec la liberté et la justice pour tous. » De là est né le « Salut de Bellamy ».

Ce salut fut abandonné en 1942 et remplacé par la main sur le cœur.

D’où vient ce salut ?

Ces derniers se sont inspirés d’un geste associé largement à l’Empire romain, symbole d’un État prospère et tout-puissant, figurant dans le tableau Le Serment des Horaces de David, peint en 1784, représentant sous l’ère romaine trois frères jurant, bras droit levé vers leur père, qu’ils protégeront Rome.

Le serment des Horaces de Jean Louis David- Fidélité à Rome.

Même la reine mère et la reine Elisabeth à 6 ans, en 1933, faisaient ce salut.

Quand Emmanuel Macron fait le geste de la main sur le cœur lors de ces prestations en public et particulièrement lors de la Marseillaise, il adopte tout l’historique de ce geste qui voulait remplacer le bras tendu aux USA, jusqu’en 1942. 

Le Salut olympique a été utilisé par les athlètes qui participaient aux Olympiades de Pierre de Coubertin jusqu’à la fin des années 1940. Il a été abandonné par la suite pour des raisons que l’on connaît bien aujourd’hui, comme il est interdit de nos jours en Allemagne et en Autriche (Source)

Timbres français avant guerre avec Pierre de Coubertin en effigie

C’est Benito Mussolini qui fera entrer le salut dit fasciste dans la politique. Au nom de l’Empire romain. Rappelons que cet homme, ancien socialiste, ami de Lénine, n’a pas voulu attendre la révolution mondiale. Il a appliqué un socialisme national italien, avec un certain succès d’ailleurs. Il fit passer l’Italie du tiers monde au rang de pays satisfaisant à ses besoins alimentaires. On sait bien sûr que son régime était une dictature policière, mais il détruisit les mafias, construisit l’une des grandes flottes du monde, etc.

En clair, il n’a pas grand-chose à voir avec le régime génocidaire nazi, si ce n’est le salut nazi qu’Hitler a copié. C’est l’imbécilité des Anglo-Français qui refusèrent sa main tendue, ce qui l’obligea à passer des accords funestes avec Hitler. Accords qui lui furent fatals. Contrairement à Franco, plus lucide.

On notera, au demeurant, que le poing levé n’a pas été interdit.

Ce poing levé qui promeut un avenir meilleur aux travailleurs sous des régimes communistes, a fait plus de 100 millions de morts. Exit les goulags, exit les gazés dans les camions de Staline, exit les exécutions massives, les pendaisons et les fusillades de paysans par Lénine, et plus loin, les génocides de Pol Pot, de Mao et consorts, dont fait partie Che Guevara qui fit fusiller des enfants en tant que directeur d’une centrale de Cuba. Voir des tee-shirts sur des adultes et des enfants me rend encore malade, et prouve l’inculture historique de ceux qui les achètent.

 

Ce soi-disant “grand reporter” du Parisien, madame Catherine Gasté, est une ignorante à la vue courte au minimum, mais surtout, et c’est bien plus grave, une menteuse fondamentalement malhonnête. Je reste poli.

Que sait-on sur cette femme ? Pas grand-chose. Elle a écrit où fait écrire un bouquin et se présente sur Instagram comme « French Journalist / Désordre Contrastes Vues improbables » et sévit sur Twitter @catherinegaste

Elle serait une journaliste française qui vante son désordre, ses contrastes et ses vues improbables ?

Pas besoin de la connaître pour confirmer que sa vision est vraiment trouble, orientée. Que son esprit se complaît dans le désordre et que, de ce fait, elle ne connaît rien à l’histoire du vingtième siècle. Elle est une enfant de l’inculture historique gauchiste, incapable de sortir de ce monde formaté par les écoles de journalisme actuelles.

D’ailleurs, elle m’a bloqué sur Twitter plutôt que de me répondre. Elle confirme son étroitesse d’esprit.

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*