Août 2020 : Emmanuel Macron au sommet de son art de l’esbroufe…

Emmanuel Macron fait feu de tout bois et dans tous les azimuts. Il se prend pour le Zorro de l’Europe, et confond une bataille d’eau avec ses gardes du corps devant Brégancon avec une bataille navale.

Après avoir fait le matamore avec la Turquie d’Erdogan aux côtés de la Grèce, il s’est lancé comme un bras cassé immédiatement à l’assaut du Liban. Ce grand génie est allé expliquer aux Libanais comment il fallait réformer pour faire plaisir au bon peuple. Les Libanais ont donc subi une bombe, et lui, en arrivant, il balance un pétard mouillé de larmes de crocodile.

Tout juste sorti du Liban, il vient donner une leçon de démocratie à la Biélorussie aux côtés de l’Union européenne.

Sur tous les réseaux sociaux, les commentaires allaient bon train et rappelaient comment ce petit génie avait géré la crise des Gilets jaunes en France, et avec quelle dextérité il arrachait un œil par ci, coupait une main par là, et défigurait un visage.

Ce petit génie des bacs à sable nous a démontré, en France, sa gestion calamiteuse des différents problèmes et drames que la France subit grâce à lui. Du genre, je verse de l’huile sur la planche, et je vous explique comment faire pour lécher vos plaies avec des orties.

Le Liban explose ? Vite un Macron pour balancer de l’essence.

La Turquie veut la guerre avec la Grèce, Chypre, l’Égypte, la Libye, la Syrie, vite un jet de Macron, et tout s’enflamme.

La Biélorussie ne veut pas tomber dans le piège « façon » Ukraine, vite un coup de lance-flamme sur le Président biélorusse. Parce que Macron sait ce qu’est la démocratie. Depuis deux ans et plus, il la manipule et pourrait en effet, donner des leçons.

Croyez-vous qu’Erdogan va prendre au sérieux le petit freluquet de l’Élysée ?

Tout autant qu’Hitler prenait au sérieux les socialistes de la IIIe République. Les types comme Erdogan savent au premier regard jauger les prétentieux, les baltringues, les grandes gueules et saura les retourner si nécessaire, comme Hitler l’a fait en son temps, avec Mussolini qui pourtant tendait la main aux « démocraties » à l’époque.

La Turquie a des pieds d’argile, il serait facile de lui fermer le clapet aujourd’hui, mais cette pauvre France est en guenilles. Ses dirigeants ont peur de leurs ombres. Les Français sont obsédés par le désir de porter une muselière. Alors pour ce qui est de gueuler, c’est déjà plié.

Regardez-les, ces nazes, seuls et masqués dans leurs voitures.

Regardez-les se baigner en mer avec leur muselière.

Regardez avec quelle facilité ces Français dits politiques, intelligents, se couchent et obéissent. Vous voulez connaître l’audience des télévisions, le niveau d’efficacité de la propagande ? Regardez votre rue.

Revenons au “saigneur” Macron ! Croyez-vous que le Liban va recevoir de l’aide de notre choupinet local ? Il les a déjà oubliés. Cela dit, si les Libanais avaient un cerveau en bon état de marche, il y a longtemps qu’ils se seraient débarrassés du Hezbollah. Il y a longtemps qu’ils se seraient engagés sur des relations de bonne entente avec Israël, et mis un terme à la fable palestinienne.

Il y a quelques années, je décrivais la formidable puissance qui existerait au Moyen-Orient si ces deux États décidaient de travailler ensemble. Pour mémoire, le Liban fut autrefois la Suisse du Moyen-Orient, quand les chrétiens étaient encore majoritaires. Ils ont été lobotomisés par l’islam depuis. Pour l’anecdote : un ami chrétien libanais qui s’appelait Moussa m’expliquait que ses parents lui avaient donné un prénom arabe pour qu’il puisse mieux s’intégrer. Aujourd’hui, il est en France. Il s’appelle toujours Moussa. Par prévoyance j’imagine.

Le Liban, c’est hélas notre avenir à nous, les Français.

Le triste sire qui règne en France s’autorise à donner des leçons de démocratie à la Biélorussie alors même que les crimes, en France, les meurtres, les viols, les agressions ne reçoivent aucun châtiment judiciaire. La presse cache le nom des auteurs, cite Pierre, pour éviter Mohamed. Dénonce Paul pour ne pas avoir à citer Kader, Karim, ou Abdel.

La France se libanise, s’émiette, se parcellise, et elle craque de toutes parts.  Les failles se voient dans nos cimetières, nos églises, nos cathédrales. Nous vivons sous la pression des allogènes et face à la lâcheté ambiante, si ce n’est à la bêtise de dirigeants incapables.

Ils obligent le peuple, aujourd’hui, à porter une muselière pour lui faire fermer sa gueule demain. Ils lui diront sans doute de marcher à quatre pattes, pour peu qu’après une bonne propagande, on lui dise qu’il ne peut respirer sainement qu’en dessous d’un mètre de haut.

Pauvre France, pauvre peuple, pauvres électeurs lobotomisés ! Vous ne réalisez pas ô combien vous nous faites du mal.

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*