Abdelaziz Chaambi : si les Français ne sont pas contents de l’islam, qu’ils partent ! Par Gérard Brazon

Une bonne tête d’islamiste

Ce samedi 5 septembre, suite à des dégradations volontaires sur deux mosquées, il y a eu une manifestation « anti-islamophobie » menée par un fiché S

On remarquera que 1 074 attaques, agressions, tentatives d’incendies, destructions de statues et sans compter les agressions de déséquilibrés ont eu lieu contre des cibles chrétiennes. Bien plus que sur les cibles judaïques, et encore bien plus contre les cibles dites musulmanes qui n’atteignent pas la centaine.

https://www.la-croix.com/Culture/Vague-cambriolages-eglises-2020-08-31-1201111547

https://www.la-croix.com/Religion/eglises-fermees-cause-vandalisme-profanation-2020-08-12-1201108855

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Trois-eglises-diocese-Montauban-victimes-nombreuses-degradations-2020-05-29-1201096677

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Neuf-statues-Vierge-Marie-vandalisees-Bearn-2020-01-10-1201070962

Sans affirmer que les causes seraient dues à des prosélytes de l’islam radical, ou à des laïcards tarés, on ne peut que constater que les chrétiens, les paroissiens, les prêtres, les évêques, les cardinaux ne se sont pas mobilisés. On attend d’ailleurs encore des « vives protestations du clergé ».

Cependant, pour une tranche de jambon, voire une tête de porc déposée à la porte d’une mosquée, ou sur un des innombrables chantiers de construction de mosquées, ce sont des hurlements de la bien-pensance, des moutons bêlants leurs petites protestations et le classique défilé des islamophiles et des musulmans dits modérés, qui exigent que l’islamophobie soit traitée au même titre que l’antisémitisme. Rien que ça.

Pour eux, les tags, les tranches de jambon, les têtes de porcs sont aussi graves que les pogroms dans la Russie, la Pologne d’avant-guerre. De même que les déportations et les six millions de Juifs déracinés, déportés et gazés.

On entend même, de ci de là, des Français qui aimeraient que l’on cesse d’utiliser le mot antisémitisme parce que « le mot antisémitisme » ne correspondrait pas à la définition réelle de sémites pour les Juifs, dans leur ensemble. La sémantique au secours du négationnisme ? Cela nous fait une belle jambe. L’histoire est la clef. Le passé nous parle. Il dit que vouloir la mort des Juifs et s’organiser pour le faire sont, de par les jugements internationaux, des crimes antisémites.

Je rappelle que des divisions SS ont participé à ces crimes antisémites et que le grand mufti de Jérusalem les a demandés, et a passé des accords avec Himmler et Hitler. Faut-il rappeler que Youssef al-Qaradawi s’était réjoui de la leçon qu’Hitler avait donnée aux Juifs, et qu’il espérait bien la renouveler.

La haine dégoulinante

« Nous devons devenir nos propres élus », a estimé Abdelaziz Chaambi, le cofondateur de la mosquée Essalem. Il a appelé à faire “la tournée des députés” dans leurs permanences. Menaces à peine déguisées.

Il va même plus loin, ce Gaulois des sables du Moyen-Orient : il estime que « l’islam est la deuxième religion, la deuxième communauté en France et que ceux qui ne nous aiment pas n’ont qu’à quitter la France. »

Si toi, le Français pur jus qui peux faire remonter la lignée de tes ancêtres à François 1er, tu n’es pas content de la présence des Sarrazins sur ton territoire, tu te casses, ou tu fermes ta gueule. C’est le résumé de sa diatribe.

Pour mémoire, sachons qui est cet Abdelaziz Chaambi qui s’en est pris violemment à Éric Zemmour : “Abdelaziz Chaambi” qui est fiché S , traite de bâtard le sioniste Zemmour. » Pour lui c’est “un bâtard”, “un virus”, “une bête immonde” . C’est Guillaume Bigot, un chroniqueur de Sud Radio et de CNew qui nous informe. Excusez du peu.

C’est ce minable mahométan, venu de l’extrême gauche, qui aura trouvé le filon islamiste qui se permet d’exiger. Vous noterez au passage que cette extrême gauche s’est recyclée dans la contestation islamiste. L’arroseur arrosé quand on sait que les trotskistes, l’extrême gauche, étaient les champions du noyautage de la société.

Je suis désolé, mais vous, le musulman qui veut que je parte, je vous dis que je suis chez moi, dans mon pays. Mes ancêtres se sont battus pour cette terre, ils l’ont labourée et travaillée pendant des siècles, se sont brisé les reins, sont morts de misère, parfois de privations et votre discours d’occupant venu d’Afrique du Nord ne me convient pas !

Je vous dis clairement que je suis chez moi en cette terre à la culture gréco-latine et judéo-chrétienne et que les représentants de Mahomet qui avaient déjà essayé de nous occuper en 732, doivent savoir que leur place est dans leurs pays d’origine s’ils sont incapables de se tenir droits, et ne savent que provoquer les Français, les vrais, pas les Français de papiers obtenus par la lâcheté ou la compromission de nos dirigeants.

Si les musulmans veulent vivre en France, qu’ils le fassent en acceptant nos lois, nos libertés, nos droits, y compris celui de blasphémer, ou qu’ils partent !

Gérard Brazon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*